Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le réchauffement climatique laisse les électeurs froids

Alors qu’une majorité de Français placent l’écologie parmi les préoccupations majeures, ils ne sont que 20 % à juger la thématique réellement déterminante pour leur vote.

Publié le
Mercredi 6 Avril 2022
En France, Grenoble, Chambéry et Lyon font partie des villes les plus touchées par la pollution de l’air.
En France, Grenoble, Chambéry et Lyon font partie des villes les plus touchées par la pollution de l’air.
Francois HENRY/REA
 

C’est une façon de rattraper la présidentielle par le col avant qu’il ne soit trop tard. Jusqu’ici, les questions énergétiques mises à part, la campagne n’a pas vraiment mis l’écologie au cœur des débats. Et ce malgré la publication, ces derniers mois, des trois volets de l’alarmant sixième rapport du Giec. Alors, les ONG du mouvement climat ont conçu leur « marche climat pour le futur », prévue le 9 avril dans toute la France, à la veille du premier tour, comme un rappel de dernière minute. Un moyen de remémorer aux électeurs que le quinquennat à venir est crucial dans la lutte contre le dérèglement climatique et qu’il faut en tenir compte au moment de glisser un bulletin dans l’urne. Ce qui, au regard des dernières enquêtes d’opinion, est loin d’être une évidence pour bon nombre de citoyens.

36 % des jeunes placent la thématique juste derrière le pouvoir d’achat

Il y a, certes, « 8 Français sur 10 qui placent l’environnement au rang des priorités », rappelle Bernard Sananès, président d’Elabe. Mais, selon un sondage du même institut, quand 55 % des sondés votent d’abord en fonction du pouvoir d’achat, ils ne sont que 20 % à affirmer que la problématique écologique déterminera leur choix. C’est 8 points de moins qu’en avril 2021. « On va d’abord voter pour la fin du mois avant de voter pour la fin du monde, parce que c’est plus concret. D’autant plus qu’il y a une grande réserve vis-à-vis de l’écologie politique et que Yannick Jadot n’a pas réussi à imposer le sujet dans la campagne », explique Bernard Sananès. Et Daniel Boy, directeur de recherche émérite au Cevipof et spécialiste de la question, de compléter : « L’écologie détermine le vote dans les moments de forte mobilisation politique et médiatique, comme lors du Grenelle de l’environnement (2007) ou de la COP21 (2015). Pendant cette présidentielle, les candidats en ont peu parlé parce qu’en réalité ça ne fait gagner que peu de voix… »

Certains choisissent tout de même de faire de l’écologie le pivot de leur choix du 10 avril. C’est le cas de 36 % des jeunes, qui placent la thématique juste derrière le pouvoir d’achat. Pour autant ils ne se tournent pas spécifiquement vers la candidature de Yannick Jadot, qui ne récolterait que 10 % des voix chez les 18-24 ans.

Une partie du peuple de gauche fera de même, « celui qui a un haut niveau d’études et un fort capital culturel », note Daniel Boy. Ceux-là mêmes qui n’ont donc pas vraiment de difficulté à allier fin du mois et fin du monde et qui peuvent être tentés par un vote Macron. « Il peut être perçu comme le plus crédible, malgré son maigre bilan, pour ceux qui trouvent que l’écologie de Jadot ou de Mélenchon est trop radicale, ou ceux qui croient plus dans l’entreprise que dans l’État », analyse Daniel Boy.

Aux autres, avec leur marche, les associations du mouvement climat veulent envoyer un message pour les convaincre : « Il n’y a pas lieu d’opposer le pouvoir d’achat et les propositions écologiques qu’on défend, assure Élodie Nace, porte-parole d’Alternatiba. Quand on lutte contre l’implantation d’un entrepôt Amazon, on se bat à la fois contre l’artificialisation des sols et pour la défense des commerces de proximité. » Mais le message arrivera-t-il à temps ?

Tag(s) : #Ecologie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :