Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le rêve annoncé de la métropole parisienne du futur prend corps avec les projets proposés par les dix équipes internationales d’architectes. Intéressant à voir, souvent admirable, propice à la réflexion.

 

Des visites guidées sont organisées à la Cité de l’Architecture et du patrimoine[1].

 

Les architectes continuent à travailler[2]. 

 

On y trouvera des esquisses de ce que pourrait être la Métropole parisienne dans 20, 30 ou 50 ans. C’est ce que le joueur de pipeau présidentiel Jekyll-Sarkozy souhaite principalement mettre en avant, en tous cas d’ici les élections régionales de mars 2010.

 

La réalité est celle présentée par mister Hyde-Blanc, ex-rocardien recyclé dans le centrisme, bien connu pour son arrogance toute technocratique. Cette réalité se traduit dans le projet de loi examiné par le Conseil des ministres du 6 octobre, consultable sur le site de l’Assemblée Nationale.

 

Ce projet porte surtout sur le grand huit, réseau de métro automatique rapide à stations espacées d’environ 6 km, destiné à alimenter les transports vers 7 pôles de développement[3] désignés a priori.

 

Il prévoit également la création d’un Etablissement Public, « La Société du Grand Paris », qui permet surtout à l’Etat[4], au nom de l’efficacité bien sûr, de reprendre la main sur les transports et l’amènagement des (et autour des) gares[5], c’est à dire de retirer la réalité des pouvoirs donnés au STIF (c’est à dire la Région) en 2004, et en matière d’urbanisme aux communes concernées. Enfin, il crée l’Etablissement public de Paris-Saclay, dans des conditions où les collectivités territoriales sont encore une fois déssaisies de l’essentiel de leur rôle d’aménagement dans les zones concernées.[6]

 

Ce projet pose trois questions principales :

         

1/ La pertinence des objectifs réellement poursuivis:

 

Le raisonnement suivi est ancien, c’est du Delouvrier re mastérisé. En effet on désigne ici 7 pôles de développement, dont le plateau de Saclay qui représente effectivement déjà un potentiel important en matière d’enseignement supérieur et de recherche. On relie ces pôles par un système de transport efficace et l’on pense que cela créera un plus en dynamisme économique…C’était l’objectif principal des villes nouvelles : le moins que l’on puisse dire, avec le recul, c’est que cela n’a pas permis de désengorger, de rééquilibrer, la région parisienne ; cela a surtout accèlèré l’étalement urbain, c’est à dire à peu près le contraire de ce qu’il faut faire pour favoriser le développement durable, sans constituer un accélérateur de croissance économique avéré…Comme le disait souvent J-P Duport, ancien DATAR et préfet d’Ile de France, fin connaisseur du sujet, « un cluster[7], ça se constate, ça ne constitue pas un projet ».

 

Le raisonnement est faux à la base, sauf si, en réalité, l’objectif principal est de constituer un grand pôle Paris-Finances, capable de concurrencer les grandes métropole financères tournées vers la mondialisation, la City de Londres en premier lieu.

 

Alors là, tout s’éclaire, vous avez Paris au centre pour le business, la culture et la distraction, Roissy-Le Bourget au nord, Orly au sud, pour le transport mondial rapide, la Défense à l’ouest pour le business, et EuroDisney à l’est pour la distraction. Enfin, Saclay pour être mieux classé par l’université de Shangai[8]. Tout ce qui convient à l’homme d’affaires mondialisé, hors sol et pressé : équipements de communication rapides, lieux de travail, de tourisme culturel et de distraction bien reliés…Etes-vous vraiment sûr qu’il s’agit ici seulement d’une caricature ?

 

Il n’y a là rien qui ressemble à la grande métropole durable de l’aprés-Kyoto imaginée et conçue par les architectes.

 

Il n’y a rien ici qui relève des besoins de la grande majorité des habitants de la métropole. Sur le logement, rien qui traite du déficit actuel de logements abordables ; rien sur le rééquilbrage est-ouest ; rien sur une organisation territoriale et fiscale plus solidaire, etc. Les priorités du schéma directeur de la région Ile de France (SDRIF) qui ont pourtant fait l’objet d’un long travail d’élaboration collective, sont ignorées, et même contrebattues.

 

Regardons la carte présentée par le Figaro, pour ce qui concerne notre territoire proche (http://www.lefigaro.fr/assets/images/grand-paris.jpg) Nous n’appartenons pas à l’un des 7 pôles de développement désignés (couleur saumon). En conséquence, par  exemple, la rocade Arc Express passant par Villejuif, Bagneux, Chatillon-Montrouge, la gare de Clamart et Issy ne devrait sans doute pas être prioritaire dans ce schéma, alors que c’est l’un des investissements lourds pour lesquels les études se la RATP sont les plus avancés. C’est aussi ce qui intéresse le plus les populations de notre commune et des villes alentours[9]…Par contre, une ville comme Clamart est déjà concernée par le projet de délocalisation vers Saclay du centre de recherche EDF…

 

2/ Le mode de financement du projet :

 

Le « grand huit » va coûter environ 35 millliards, sur le moyen long terme, et, comme on sait, les caisses sont vides. Tous les actifs utiles à l’opération vont donc être transférés gratuitement à la Société du Grand Paris et à la RATP[10], opérateur privilégié, même si la SNCF et RFF gardent une partie de leurs prérogatives. Cela permettra d’emprunter en présentant aux banques des garanties solides.

 

Les collectivités territoriales sont aussi priées de passer à la caisse, c’est d’ailleurs une condition pour qu’elle aient voix au chapitre…on connaît leur situation financière, qui a peu de chance de s’améliorer rapidement avec par exemple la suppression de la taxe professionnelle.

 

Le reste proviendra principalement des plus values foncières que l’on espère réaliser autour des gares, en gelant l’amènagement des terrains lors de l’annonce des lieux précis retenus. Ce produit attendu est estimé à environ 6 milliards, sur la base de calculs pour le moins incertains.

 

De la contribution du budget de l’Etat, on ne sait pas grand chose,  évidemment.

 

Donc, gare aux impôts locaux et nationaux, et aux tarifs de transport, d’autant qu’on nous expliquera probablement que ce projet, présenté comme d’intérêt national, devra quand même faire l’objet d’un effort particulier des habitants métropolitains.

 

Une chose est vraiment sûre : les nombreux amis qu’a le pouvoir libéral-autoritaire dans le BTP se frottent déjà les mains, des partenariats public-privé juteux étant prévus à leur intention pour réaliser les opérations envisagées.

 

3/La question démocratique et la décentralisation :

 

Lors de l’inoubliable discours de Chaillot (29 avril 2009)[11], le président avait insisté sur un point, s’agissant de ce projet : rien ne se ferait sans consulter les citoyens, sans consulter les élus, disait-il; on en est loin aujourd’hui. Le projet de loi prévoit une concertation au pas de charge, avec délais minimaux.

 

L’Etat a bloqué le processus d’adoption du SDRIF alors que ce document reflète, lui, les besoins des territoires et de leurs habitants, des acteurs économiques, patiemment repérés au cours d’une longue phase de concertation…

 

La décentralisation, pourtant gravée dans le marbre constitutionnel il y a peu (sous Chirac) est ignorée. Alors que le consensus paraissait désormais acquis sur l’idée que la concertation et la co décision Etat-collectivités territoriales permises par la décentralisation sont des gages de pertinence des projets et d’efficacité de leur mise en oeuvre…

 

On va sans doute bientôt  prochainement assister, sans doute aprés les élections régionales, à une phase politique où le pouvoir libéral-autoritaire va chercher à opposer les territoires, les élus franciliens entre eux, les parisiens aux provinciaux, etc. suivant ses méthodes habituelles de division et de zizanie recherchées.

 

Bref, dans ce contexte, il faut se féliciter que plus de 100 communes et intercommunalités, la plupart des départements de la métropole se soient rassemblées au sein du syndicat mixte Paris–Métropole[12], avec une majorité d’élus de gauche, mais aussi nombre d’élus de droite, pour organiser la concertation et le travail aujourd’hui nécessaires afin de ramener ce pouvoir au principe de réalité.

 

Ceci ne se fera pas sans une vigoureuse intervention des citoyens, même si le sujet n’est pas simple à aborder.

 

Pour commencer, discutons-en le 21 octobre-19h à la Maison de la vie associative, lors du débat « Le Grand-Paris-Rêve et réalité »,organisé judicieusement par la mairie, avec Paul Chemetov et Catherine Margaté[13].

 

Voir http://www.ville-malakoff.fr/web/7703.htm

 


[1]Voir http://www.citechaillot.fr/activite/visites_et_promenades/visites_adultes.php?id=324

 

[2] Voir la video

http://www.lepost.fr/article/2009/03/12/1455083_le-grand-paris-10-architectes-presentent-leur-projet.html

[3] Voir la carte à http://www.lefigaro.fr/assets/images/grand-paris.jpg

[4] Qui y détient la majorité absolue ; pour le fun, on remarquera au passage que le texte prévoit de déroger à la limite d’âge de 65 ans pour les dirigeants : va-t-on y recaser Devedjian, le déçu de l’EPAD ?

[5] D’une semaine à l’autre, le rayon annoncé varie de 500 m à 1,5 km, ce qui n’est pas peu…

[6] Un point positif, à suivre, la création d’une zone de protection naturelle du plateau de Saclay, mais probablement destinée à amadouer quelques voix d’écologistes soucieux de préserver un site naturel remarquable et prés de Paris.

[7] Un cluster est une zone géographique plus ou moins étendue où la densité conjointe de l’activité économique et de l’activité de recherche-développement permet de dégager, grâce aux synergies facilitées par la proximité, un surplus de développement économique-voir comment s’est constituée, par exemple, la Silicon Valley ;

[8] Classement mondial, pour le moins discutable, des meilleures universités ;

[9] Le manque de moyens de transport en rocade accroit l’engorgement des moyens de transport en radiale, comme la ligne 13 ;

[10] Gare au changement de statut de cette entreprise publique…

[11] http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=view&lang=fr&cat_id=7&press_id=2583

[12] Voir 10 juin : Paris Métropole est né à Clichy sous bois et Le pouvoir libéral-autoritaire cherche à mettre la main sur la métropole parisienne

[13] A signaler également, le débat organisé par les élus régionaux du groupe CACRPG, http://www.eluscacridf.org/ .

 

Tag(s) : #Débats
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :