Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Nupes est une belle idée, qui a eu l’immense avantage de répondre à l’aspiration à l’union de la plupart des citoyens de gauche. Elle a permis aussi de contourner la question de la proportionnelle, ce qui fait qu’aujourd’hui l’Assemblée Nationale représente mieux, sur le plan politique mais pas social, les Français.

Sa mise en œuvre brutale inspirée par le présidentialisme dominant dans les esprits, y compris à gauche, n’a pas été tout à fait à la hauteur de l’idée. En projetant sans subtilité les résultats circonstanciels de l’élection présidentielle sur la répartition des circonscriptions, cette mise en œuvre a permis de conquérir nombre de sièges mais a aussi malmené nombre de situations locales. Nous l’avons vérifié dans la 11ème des Hauts de Seine.

Au final, malgré des succès significatifs, la méthode n’a pas permis de gagner Matignon…

Pour qui, au- delà de la politique politicienne, vise à la transformation sociale par la voie électorale, le camembert ci- dessus incite à l’humilité.

Il n’y a pas que Macron qui doit apprendre à dialoguer vraiment, les différentes forces constituant la NUPES aussi, sinon ça ne marchera pas longtemps.

La proposition nouvelle et sans échanges préalables d’un groupe unique faite par Mélenchon aux autres partis constituant la coalition est typiquement ce qu’il ne faut pas faire.

Surtout quand ce n’est pas nécessaire pour la présidence de la Commission des Finances, ainsi que la lecture du règlement de l’Assemblée nationale permet de le vérifier.

Surtout quand la constitution d’un groupe unique conduirait à une baisse des moyens publics globaux attribués à la gauche au Parlement.

Coalition n’est pas unification, des règles pratiques de fonctionnement respectant les uns et les autres sont à établir d’urgence.

Groupe le plus nombreux au sein de la NUPES, la LFI a normalement un rôle particulier mais devrait avoir la sagesse de ne pas tomber dans la tentation de l’hégémonie.

Longtemps hégémonique à gauche, le PCF a fini par confondre « parti d’avant-garde » et « sel de la terre », c’est l’une des raisons de sa forte perte d’influence.

Lui aussi hégémonique pendant quelques dizaines d’années à gauche, le PS de F. Mitterrand, une fois hollandisé, a cru pouvoir imposer la ligne social- libérale à gauche, c’est l’une des raisons de sa chute de ces dernières années.

Les Verts ne sont pas tombés dans ce travers mais n’en ont jamais eu l’occasion…

On voit aujourd’hui où l’on en est. Macron est en difficulté mais ni abattu ni même neutralisé. Le Pen est plus forte que jamais. La droite non macronisée résiste encore plutôt bien.

Le total des voix de gauche au premier tour des législatives 2022 a été proche de celui obtenu en 2017, ne l’oublions pas.

Les médias dominants et nos adversaires politiques n’attendent qu’une chose, l’éclatement rapide de la coalition de gauche, ne ressemblons pas à notre caricature.

Comme disait l’autre, préférons la force de la politique à la politique de la force.

J. ALLAIN (21/06/2022).

Tag(s) : #A gauche
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :