Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Loi de « sécurité globale ». La droite et la Macronie s’entendent pour le pire
Mercredi 31 Mars 2021

Sénateurs LR et députés LaREM ont trouvé un accord pour adopter le projet voulu par Gérald Darmanin, sans passer par une seconde lecture au Parlement.

 

La proposition de loi de « sécurité globale » est quasi adoptée. Son parcours législatif a connu un énorme coup d’accélérateur avec l’accord trouvé lundi soir entre les sénateurs LR et les députés LaREM. L’adoption finale de ce texte – qui vise à empêcher citoyens et journalistes de filmer la police, en plus de privatiser des missions de sécurité et de développer le recours aux drones de surveillance – est désormais une formalité. « Ce n’est pas une surprise. On sentait bien depuis la semaine dernière que le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin faisait tout pour obtenir une commission mixte paritaire conclusive entre le Sénat et l’Assemblée, afin de s’éviter une deuxième lecture à l’Assemblée et une semaine de débats supplémentaires », dénonce Emmanuel Vire. Le secrétaire général du SNJ-CGT voit dans cette entente entre parlementaires LR et LaREM « une alliance insupportable contre les libertés fondamentales ». « Ils savent très bien que des centaines de milliers de citoyens se sont élevés contre cette loi, notamment après les violences policières contre Michel Zecler en fin d’année 2020. Ils savent très bien qu’un appel signé par des intellectuels du monde entier vient d’être envoyé à ­Emmanuel Macron pour qu’il renonce à ce texte, mais ils accélèrent quand même son processus d’adoption », s’indigne le syndicaliste.

« Un recul global des droits humains et de la démocratie »

La coordination StopLoiSecuritéGlobale, qui regroupe de très nombreuses organisations, ne prévoit pas pour autant d’abandonner le combat. « Nous allons nous mobiliser et nous attendons de pied ferme la date du vote final. Et nous entendons bien sûr saisir le Conseil constitutionnel », indique Emmanuel Poupard, premier secrétaire général du Syndicat des journalistes. D’autant plus que le texte validé entre sénateurs et députés ne « modifie rien » aux dangers du projet de loi. « Ils avaient promis une nouvelle rédaction de l’article 24. C’est fait. Mais, en l’état, il sera toujours utilisé pour empêcher de filmer la police. La nouvelle formulation parle de “provocation à l’identification”. Mais, sur le terrain, l’ensemble des forces de police seront toujours juge et partie et pourront interdire de filmer », prévient Emmanuel Vire.

« Le texte est toujours aussi liberticide. Il a même été durci dans sa globalité lors de son passage au Sénat et sera aggravé par l’article 18 du projet de loi s ur les “séparatismes”. Force est de constater que l’opération de lobbying menée par les syndicats de police et Gérald Darmanin a réussi, au détriment de tous. C’est une très grave dérive. Si cela passe, nous savons très bien que des journalistes e t des citoyens seront empêchés de filmer, interpellés et mis en garde à vue de façon arbitraire », s’alarme encore Emmanuel Poupard. Pour la coordination, l’heure est donc, plus que jamais, au retrait de la loi.

Cet accord entre députés et sénateurs intervient au lendemain d’une tribune signée par des intellectuels du monde entier, exhortant le président de la ­République à abandonner les projets de loi de « sécurité globale » et des « séparatismes ». Des personnalités Angela Davis, Noam Chomsky, Jean ­Ziegler et trois prix Nobel de la paix (Tawakkol Karman, Jody ­Williams et Alfonso Perez Esquivel), entre autres, s’y inquiètent du « recul » de la ­démocratie dans le monde et en France. « La France – berceau des droits humains tels que promulgués en 1789 – serait-elle en train de rejoindre le camp des pays où la démocratie est fragilisée par le pouvoir lui-même ? » interrogent-ils.

Ils affirment également que les deux textes en cause « constituent des atteintes sans précédent aux piliers de la République française, menaçant plusieurs droits fondamentaux ». « Quel message d’exemplarité Emmanuel Macron veut-il envoyer au moment où les popul ations souffrent d’un recul global des droits humains, des libertés et de la démocratie dans des dizaines de pays ? » demandent-ils enfin, alertant sur une accumulation de lois ayant des « effets pervers sur l’État de droit » à l’œuvre depuis 2015.

Lors des débats au Sénat, la communiste Éliane Assassi avait prévenu qu’ « une société sans remise en cause de l’autorité étatique n’est pas acceptable. Votre projet de société est néfaste, nuisible. Il évoque les pires prédictions, jusque-là restées au rang de fictions » ! Mais la droite classique et la Macronie s’entendent pour avancer main dans la main.

Vers une privatisation de la sécurité

La loi de « sécurité globale », au lieu de protéger policiers et citoyens, protège les premiers au détriment des seconds. Elle impose aussi la création d’une police municipale à Paris et prévoit le transfert de nouveaux pouvoirs aux polices locales, lesquelles se substituent de plus en plus à la police nationale sans avoir ni les moyens, ni les formations requises. De fait, les missions de service public de sécurité ne seront plus assurées de la même manière partout sur le territoire. Une pente très dangereuse, aggravée par d’autres articles de la loi qui prévoient le recours grandissant au privé pour les missions de maintien de l’ordre…

Tag(s) : #démocratie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :