Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lu sur ww.humanite.fr/islam-une-enieme-boule-puante-lancee-par-darmanin-et-schiappa-701987
Islam. Une énième boule puante lancée par Darmanin et Schiappa
Vendredi 26 Mars 2021

Les deux ministres ont accusé la maire de Strasbourg de pactiser avec l’« islam politique ». Une nouvelle polémique aux relents d’extrême droite, destinée avant tout à discréditer toute opposition. EELV menace de porter plainte.

 

À quoi jouent Gérald ­Darmanin et Marlène ­Schiappa ? Un jeu dangereux, assurément, en attaquant publiquement la maire écologiste de Strasbourg, Jeanne Barseghian, à propos du financement de la mosquée Eyyûb Sultan, la taxant de soutien à une association qui promeut l’ « islam politique ». Avec la nuance qui la caractérise, Marlène Schiappa a accusé EELV d’ « avoir un problème avec les principes de la République » et de « pactiser avec les tenants d’un islam politique et radical ». Quant au ministre de l’Intérieur, il avait lancé les hostilités, le 22 mars, en tweetant que « la mairie verte de Strasbourg finance une mosquée soutenue par une fédération d’origine turque (sic) qui défend un islam politique », puis il enfonçait le clou le lendemain en dénonçant le financement d’une « ingérence étrangère sur notre sol ». Avant de demander à la préfète de déférer la délibération municipale devant la justice.

Mais, dans les faits, la fameuse délibération du Conseil municipal strasbourgeois, qui prévoit donc d’octroyer une subvention à l’association portant le projet de la mosquée, ne relève en rien de ces accusations. Pour EELV, trop, c’est trop, après avoir déjà subi ce type d’attaques opportunistes – notamment de Gérald Darmanin – à propos des repas sans viande dans les cantines lyonnaises. Au micro de Radio Classique, le 25 mars, le secrétaire national d’EELV, Julien Bayou, a demandé « solennellement à ces deux ministres des excuses, ou à leur premier ministre de les recadrer ». Si tel n’était pas le cas, il annonce l’intention de « porter plainte pour diffamation et ils seront mis en examen ». EELV dénonce par ailleurs dans un communiqué une « cabale orchestrée par le parti de la majorité », qui « n’hésite pas à diffamer ses opposants politiques et cherche à les discréditer ». Le porte-parole du PCF, Ian Brossat, a dénoncé des « attaques odieuses », et le député insoumis Ugo Bernalicis a assuré la maire de son soutien face à « cette manipulation politicienne du ministre d’extrême droite ».

Ce qui est en cause, c’est donc le principe d’une subvention (et non la subvention elle-même), voté le 22 mars par le conseil municipal de Strasbourg, à l’association Millî Görüs, qui porte depuis plusieurs années le projet d’une mosquée dans le quartier de la Meinau, et qui n’a pas encore signé la charte des principes de l’islam de France. D’un montant de 2,5 millions d’euros, cette subvention est conforme au régime du Concordat – la loi sur la laïcité de 1905 ne s’appliquant pas en Alsace – et à l’usage local qui consiste au financement à hauteur de 10 % des lieux de culte. « Je respecte le droit local et les lois concordataires », s’est ainsi défendue la maire, Jeanne Barseghian, qui rappelle que, depuis douze ans, les cultes catholiques et protestants ont reçu respectivement 8,6 et 7,7 millions d’euros, contre 3,7 millions pour le culte musulman. Surtout, ce projet de mosquée, dont le chantier est à l’arrêt depuis 2019, existe depuis près de dix ans, et la première pierre avait été posée en 2017, en présence du préfet d’alors. Mais, jusqu’à présent, ce projet était « autofinancé », témoigne Hülliya Turan, adjointe PCF à la maire de Strasbourg, qui pointe surtout le fait que « l’association se tourne vers la mairie par manque d’argent ».

Une association reçue en novembre par un certain… Darmanin

Jeanne Barseghian précise que Gérald Darmanin ne l’a « jamais alertée », et dénonce « une instrumentalisation politique ». Elle a interpellé Emmanuel Macron pour demander que, « si le ministre de l’Intérieur a des preuves (…), qu’il nous donne les éléments ». Car Millî Görüs, créée en 1969 et basée à Cologne, gère déjà 70 mosquées et fait partie intégrante du Conseil français du culte musulman. Si elle est promotrice d’un «  islam à la turque » loin d’être progressiste – Hülliya Turan parle d’ « obscurantisme » –, elle se défend de toute proximité ou ingérence politique et a d’ailleurs été reçue en novembre dernier par un certain… Gérald Darmanin. Mais le fond du problème reste le régime problématique et éculé du Concordat. Le ministre de l’Intérieur aurait pu, dans sa loi sur les « séparatismes », étendre enfin la loi de 1905 à l’ensemble de la France : il s’en est bien gardé. Une telle mesure eût pourtant été véritablement républicaine.

Tag(s) : #démocratie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :