Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

etudiantchilien.jpg

Lu sur http://lafederation.org

 

Chili : le mouvement étudiant contre le néolibéralisme.

 

Les étudiants chiliens demandent une éducation gratuite et de qualité pour tous. Ils proposent la création d'un système d'éducation publique, orienté vers la satisfaction des besoins d'un développement économique et culturel nouveau, impliquant un progrès général dans les conditions de vie de l'ensemble de la population.

 

Il s'agit aussi, tout de suite, d'abolir un système qui conduit les étudiants et leurs familles à s'endetter à vie pour financer leurs études. Des centaines de milliers de diplômés gagnent juste de quoi payer la moitié du service des intérêts de leurs dettes. Système conservé depuis sa mise en place sous la dictature de Pinochet avec les sinistres « Chicago Boys », ces ultralibéraux emmenés par Milton Friedman qui avaient fait du Chili un paradis pour les capitalistes et un enfer pour le peuple.

 

 

 

Le Chili serait actuellement le pays le plus riche de l'Amérique Latine si l'on tient compte exclusivement des 40 milliards de dollars produits par l'exportation du cuivre, la principale richesse du pays. Mais cette richesse ne sert qu'à enrichir les multinationales dont la rapacité n’est plus à démontrer. D'où l’émergence de la proposition du mouvement étudiant de procéder à la nationalisation du cuivre.

 

Lutte de longue haleine

 

Déjà en 2006, sous le gouvernement de la « socialiste » Michelle Bachelet, la révolution des pingouins menée par les lycéens avait mis le pouvoir à rude épreuve. Leurs revendications ont sans doute inspiré celles d'aujourd'hui.

 

Elles sont reprises par ce puissant mouvement étudiant qui exige l’abrogation des dispositions ayant créé les conditions pour la marchandisation de l'éducation, l’inscription dans la Constitution de la garantie pour toutes et tous d'une éducation de qualité, gratuite et dont les contenus seront établis par la communauté enseignante, les organisations étudiantes et les travailleurs de l'éducation.

 

Or 5 ministres de l'actuel gouvernement de droite contrôlent des sociétés propriétaires d'établissements d'éducation. Situation observable aussi parmi les membres de la Concertation Démocratique de Madame Bachelet, hier au gouvernement aujourd'hui dans l'opposition. Au Chili, mais pas seulement, les professionnels de la politique, aspirant à diriger le pays, sont en situation de conflits d'intérêts dans divers secteurs.

 

Débordante d'imagination et de radicalité, la jeunesse chilienne peut compter sur le soutien de l'écrasante majorité de la population, qui approuve l'idée de continuer la lutte jusqu’à totale satisfaction. Déterminés, des dizaines d'étudiants ont entamé une grève de la faim qui dure depuis déjà plus de 60 jours.

 

Les étudiants chiliens démontrent que dans ce pays, comme ailleurs, il y a deux catégories dans la population : la petite minorité qui profite du capitalisme et ceux, la grande majorité, qui le subissent. Leur combat est le nôtre : il faut lui apporter notre soutien fraternel et le populariser.

 

Contact : contact@lafederation.orf

le 21 septembre 2011

www.lafederation.org

Tag(s) : #Tracts, déclarations et pétitions
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :