Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

images-copie-1.jpg

Une lettre ouverte de la CGT Total au PDG, Christophe de Margerie

 

À la 78e minute de l’émission présentée par Guillaume Durand, les Grands Patrons face aux Français, le 27 avril 2011, sur France 2, une intervenante sur le plateau vous a interpellé sur l’activité de Total en Birmanie, précisant que le groupe a été, à plusieurs reprises, mis en cause pour sa présence dans ce pays mené, rappelons-le, d’une main de fer par une junte militaire. Si la CGT admet bien volontiers qu’il vous appartient, en tant que premier responsable du groupe, de défendre et de préserver ses intérêts, cela ne vous autorise pas à dire des contrevérités, en cherchant, sur fond de paternalisme, à discréditer la CGT au passage.

En effet, monsieur de Margerie, vous vous êtes permis de déclarer : « J’ai emmené la CGT de Total voir sur place en Birmanie », « La CGT de Total ne critique par la présence de Total en Birmanie » ; et comme vous aviez face à vous, sur le plateau, la secrétaire générale de la fédération CGT des finances, vous avez tenté en vain de la déstabiliser en déclarant : « Mes CGT de Total… »

Monsieur le président-directeur général, ces propos tenus dans une émission de grande écoute nécessitent de notre part un droit de réponse que nous exerçons à travers cette lettre ouverte.

Tout d’abord, vous n’ignorez pas que, précisément, seule la CGT a refusé de participer au voyage des coordinateurs syndicaux du groupe, avec la DRH, en Asie (dont la Birmanie), ce mois d’avril 2011. La CGT a décliné l’invitation, par lettre du 17 décembre 2010, au motif que ce voyage était organisé par et avec la direction générale du groupe, et qu’il ne nous permettait pas de rencontrer ni de débattre librement avec les populations, les syndicalistes et les partis politiques d’opposition, et de nous faire notre propre opinion.

Déjà en 2007, pour les mêmes raisons, la CGT avait refusé de participer au même type de voyage « initiatique », cette fois sur le continent africain. Par ailleurs, la fédération nationale CGT des industries chimiques n’attend pas le groupe Total pour mener une activité internationale soutenue. Le 16 décembre 2009, nous avions d’ailleurs rencontré un représentant du syndicat birman qui nous a déclaré que, depuis 1993, l’implication de Total avec le régime birman a été importante, contrairement à ce que la direction du groupe affirme  : mobilité forcée de plusieurs villages pour faire passer le gazoduc avec l’aide de l’armée, utilisation de main-d’œuvre forcée pour la construction des pipelines, entassement des populations dans des trous de 2,50 m de profondeur pour les empêcher de retourner dans leur village, fourniture de carburant à l’armée birmane, camions au logo Total, etc.

Monsieur de Margerie, contrairement à vos propos dans cette émission, la CGT a dénoncé à plusieurs reprises ces faits dans les divers comités de groupe, en s’adressant à vous ou, en son temps, à M. Desmarest. Total a toujours décliné toute responsabilité par rapport à ces agissements. En Birmanie, où la loi interdit toute forme d’organisation (même d’y penser est passible de sept ans d’emprisonnement), 32 syndicalistes sont actuellement en prison dont certains à vie. Pour la CGT, cela nous semble bien contraire à la charte éthique du groupe Total et aux droits de l’homme. Pendant la répression sanglante en Birmanie de 2007, la CGT du groupe Total et la fédération vous avaient demandé d’arrêter toute exploitation de production du champ gazier et de geler tout transfert financier tant que le respect des droits de l’homme et l’enclenchement d’un processus démocratique ne seraient pas engagés (communiqué de presse du 27 septembre 2007).

 

La CGT s’interroge : comment, Monsieur de Margerie, avez-vous pu vous égarer de la sorte dans cette émission de France 2 ? Au-delà de la Birmanie, dans l’émission, vous avez une nouvelle fois fait des déclarations concernant les rémunérations des salariés du groupe Total (4 % à 5 % d’augmentation) ou sur l’intéressement (8 000 euros en moyenne).

Visiblement, une nouvelle fois, vous parliez uniquement des salariés du pétrole et d’une moyenne globale alors que vous n’êtes pas sans savoir que les rémunérations sont hiérarchisées et individualisées, et que, pour certains, l’inflation ne sera pas couverte en 2011.

Mais ce sont nos camarades des stations-service, ou ceux de Total Hutchinson, pour ne pas les citer tous, qui apprécieront le plus vos propos à leur juste mesure, eux dont les augmentations de salaire sont inférieures à l’inflation et dont l’intéressement tourne en moyenne aux alentours de 1 000 euros. Décidément, le 44e étage de la tour Total doit être « hanté » pour que vous y entendiez des voix. Désormais, Monsieur de Margerie, écoutez plutôt ce que vous dit la CGT : elle est meilleure conseillère, même si cela heurte vos certitudes. Certitudes qui vous ont amené à plusieurs conflits sociaux majeurs.

 

 

Par Charles Foulard, Coordinateur CGT du groupe Total.

Tag(s) : #Débats
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :