Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Convergences et alternative

FrontdeGauche2

le courant convergences et alternatives issu du NPA s'est adressé aux organisations du Front de Gauche
 

Adresse au Front de gauche et à ses organisations, courant Convergences et alternative, 5 avril 2011.

 

Cher-e-s camarades,

 

Alors que la crise politique, économique, sociale et écologique s’accentue, l’urgence d’une alternative de gauche et les responsabilités de la gauche antilibérale et anticapitalistes à la faire émerger sont d’autant plus grandes.

Notre courant, Convergences et alternative, s’est fondé en mai 2009 au sein du NPA sur cette conviction. Nous affirmions alors : « L’arme la plus fatale des classes dominantes contre nous est la division. Tous les jours, nous en faisons les frais. Dans les luttes, au travail, dans les quartiers, nous devons renforcer l’unité de celles et ceux qui ne profitent pas de ce système, en lui donnant le contenu politique le plus clair possible, mais à la mesure du niveau de conscience acquis par la majeure partie de celles et ceux qui se mettent en mouvement. C’est avec une unité sans faille que le « non » de gauche a été victorieux, que le CPE a été repoussé, et que les Guadeloupéen-ne-s ont gagné. Nous sommes favorables aux initiatives concrètes pour rassembler toute la gauche en soutien aux luttes et pour battre la droite. Mais, en même temps, nous devons créer une autre convergence au sein de la gauche, celle des forces anticapitalistes et antilibérales, qui doivent forger leur unité autour de propositions politiques alternatives au social-libéralisme. Créer une dynamique populaire rassembleuse, organisée par les forces militantes, associatives, syndicales et politiques, permettra de gagner une majorité au sein de la gauche et de battre réellement la droite. Nous ne pouvons gagner que rassemblé-e-s. ».

Dans cette déclaration fondatrice, nous appelions le NPA, après son refus d’alliance électorale avec le Front de Gauche aux élections européennes, à reprendre une démarche de propositions et d’interpellations en direction des autres forces de la gauche de gauche et en particulier celles du Front de Gauche.

C’est aussi à l’aune de cet objectif que nous avons tiré le bilan du premier congrès du NPA qui a fait le choix, en février dernier, de tourner le dos à l’orientation unitaire que nous proposions, avec d’autres. A la suite de quoi, nous avons décidé de nous constituer en un courant autonome afin, comme l’affirme la résolution politique adoptée à notre réunion nationale des 11 et12 mars derniers, de pouvoir « agir maintenant pour mettre en œuvre une politique de rassemblement avec le Front de Gauche ». Nous considérons en effet que « la convergence d’une gauche de transformation sociale et écologique n’a jamais été aussi indispensable. Cette perspective ne peut ignorer l’existence du Front de Gauche. Même imparfait et réduit pour le moment aux échéances électorales, même s’il reste un cartel d’organisations sans encore de dynamique ouverte à la base, il est un premier rassemblement qui devrait permettre d’avancer dans l’élaboration de contenus politiques alternatifs et de créer es dynamiques plus amples. Toutes les forces de l’Autre Gauche devraient avancer dans l’élaboration pour 2012 d’un programme fournissant une issue au mouvement social, celui d’une majorité et d’un gouvernement de gauche qui rompraient avec les logiques du libéralisme et du social-libéralisme défendu par la majorité du PS. Ce qui comptera le plus, ce sera d’aboutir à un maximum de candidat-e-s unitaires sur cette base aux législatives de juin 2012, car c’est sur ce terrain que se jouent les choix politiques fondamentaux : battre la droite de Sarkozy, faire reculer l’extrême-droite, engager à l’Assemblée une série de mesures économiques et sociales rompant avec la logique libérale, gouverner non pas pour les banques en respectant les plans d’austérité de l’Union européenne et du FMI mais pour le peuple. ». C’est pourquoi nous défendons l’idée qu’une candidature commune à l’élection présidentielle est indispensable pour permettre à une coalition d’exister en 2012, et que la meilleure candidature sera celle qui fédère le plus largement les forces qui auront abouti à un accord politique pour une nouvelle majorité d’une gauche vraiment à gauche. Il faut d’un côté une volonté de rassemblement avec les forces du Front de Gauche, de l’autre une ouverture de celui-ci à toutes les forces politiques qui partagent ses objectifs. C’est indispensable pour enclencher une dynamique populaire, avec les militant-e-s des mouvements sociaux, et dépasser la seule forme d’un « cartel » de partis. En tant que courant, nous avons donc décidé de demander à intégrer le Front de Gauche.

Nous n’avons pas la prétention de fonder une organisation politique nouvelle. Nous ne sommes qu’un courant issu d’une expérience, celle du NPA, qui proclamait l’objectif d’une construction anticapitaliste large à gauche, mais qui a tourné  le dos au rassemblement nécessaire pour y parvenir. Nous espérons que le NPA finira par changer sa politique d’isolement car il comporte une richesse militante qui est absolument nécessaire à la refondation politique à gauche. Mais nous pensons que l’urgence de la situation et l’importance de la confrontation des mois à venir nécessitent  d’agir ensemble très vite.

Nous avons également décidé de continuer à travailler avec toutes les forces qui auront la même démarche en direction du Front de gauche (FASE, ACU, PCOF…) et de créer pour cela un comité de liaison fédérant nos volontés et nos énergies militantes, affichant notre pluralisme et s’adressant au Front de Gauche pour s’ouvrir à de nouvelles composantes et amplifier sa dynamique de rassemblement.

 

Nous voulons donc participer à l’élargissement du Front de gauche, tout en souhaitant aussi que cet élargissement donne envie d’agir politiquement à toutes celles et ceux qui ne sont pas dans des partis ou qui agissent dans les mouvements sociaux ou syndicaux, en trouvant des moyens pour cela, notamment à travers des « comités populaires du Front de gauche » (ou autre appellation). Nous sommes en effet convaincus que le Front de gauche ne deviendra vraiment attractif dans une perspective majoritaire à gauche, que s’il permet l’ouverture la plus large, l’initiative des citoyens, des syndicalistes, des associatifs, d’autres forces ou courants politiques, et s’il incarne un pluralisme de gauche, au-delà de ses forces constitutives. Ce serait là répondre à l’immense attente politique que nous sentions présente dans le grand mouvement social et au contenu très  « politique » de l’automne 2010, lequel est malheureusement resté orphelin de perspectives.

Après les premiers échanges positifs qui ont eu lieu à ce propos entre le Front de Gauche et la FASE, le texte d’accord pour les présidentielles et les législatives issu de la réunion du 30 mars du Front de Gauche confirme la volonté de ce dernier de s’ouvrir et de s’élargir à de nouvelles dynamiques citoyennes et militantes. Nous nous réjouissons de cette décision qui répond à la fois aux attentes et aux espoirs d’un grand nombre et ouvre la possibilité de construction d’un véritable front des gauches de transformation sociale, démocratique et écologique. Nous souhaitons nous inscrire dans cette démarche de rassemblement et nous vous proposons donc une rencontre afin d’en discuter.

Dans l’attente d’une rapide réponse de votre part, recevez, cher-e-s camarades, nos meilleures salutations militantes et unitaires.

 
Tag(s) : #Débats
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :