Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
th--atre.jpg
Borloo est-il un agent double, côté face un chaud partisan de l’écologie, côté pile un infiltré des gros pollueurs ? La question se pose très sérieusement depuis qu’il a signé un drôle d’arrêté en mai 2009 qui accorde de beaux avantages fiscaux aux grands 4x4 .
Les entreprises peuvent les faire homologuer sous le régime des véhicules utilitaires et ainsi échapper au malus écologique et autres fiscalités anti-monoxyde de carbone dont Borloo s’était fait le chantre. Le ministre s’est bien gardé de vanter cette mesure qui redonne espoirs aux constructeurs. « Le dispositif ébrèche la logique du Grenelle car il ignore totalement l’incitation à la baisse de C0² et aux économies d’énergie », reconnait crûment le siège de BMW France dans une note interne publiée, le 1er juillet, dans « Les Échos ». L’économie fiscale n’est pas mince puisque, selon le constructeur, elle est de 31 863 euros sur quatre ans pour un modèle facturé 64 000 euros à l’achat.
Borloo se défend en disant qu’il n’y est pour rien. Et d’accuser, comme toujours, l’Europe et l’obligation de transposer en droit français une directive de septembre 2007. Une posture qui laisse planer le doute sur la fibre verte du ministre. Laquelle est aussi mise en cause par les nominations intervenues en Conseil des ministres, le 23 juin, qui confirment la mise sous tutelle du ministère de l’Écologie par le corps des Ponts et Chaussées, traditionnellement adepte du « tout-routier ».
Conclusion : plus il prend de la bouteille, moins Borloo est vert.
Le Canard Enchaîné N° 4680 du 7 juillet 2010
Tag(s) : #Données
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :