Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FTgauche

 

.../...Le Front de gauche doit être un acteur essentiel de la reconstruction d’une telle gauche. Si, aux régionales, il a bénéficié d’une dynamique encore limitée, il ne s’en est pas moins enraciné, au point d’acquérir une véritable visibilité sur le champ politique et de devenir la troisième composante de la gauche. Le choix des formations initiatrices du Front de gauche, associées à leurs divers partenaires des listes « Ensemble pour des régions à gauche », de présenter des listes autonomes dans une majorité de régions, s’est dès lors révélé fondé.

 

Certes, le Front de gauche est une construction aussi neuve qu’inédite. Il regroupe des formations aux histoires et aux identités différentes et en son sein les débats sur les moyens d’assurer sa pérennité restent ouverts. Il ne peut, pour cette raison, que progresser pas à pas, sur la b ase de l’expérience réalisée en commun, et au moyen de discussions franches autant que fraternelles. Cela rend compte des délais nécessaires à son affirmation comme force politique à part entière. Et cela explique les tensions qui peuvent parfois l’affecter, les désaccords ponctuels qui surgissent, les effets que peuvent entraîner les débats agitant telle ou telle de ses composantes.

Au scrutin de mars, il a néanmoins démontré son potentiel de polarisation politique, en élargissant ses listes à de nouvelles réalités militantes (selon les régions, République et socialisme, les Alternatifs, des secteurs de la Fase, des sections du NPA, le M’pep, le PCOF, ou Alternative citoyenne en Île-de France…). Il est désormais une réalité incontournable que doivent prendre en compte toutes les organisations, courants ou individus qui voudraient agir pour que la gauche redevienne la gauche : secteurs de la mouvance socialiste ou écologiste, convaincus qu’il est grand temps de sortir des impasses du renoncement ; acteurs sociaux conscients que leurs combats quotidiens doivent impérativement trouver un prolongement politique pour atteindre leur pleine efficacité ; militants du Nouveau Parti anticapitaliste qui se retrouvent devant le nouvel échec où les a menés une orientation de repli ; composantes de la gauche alternative, qu’elles aient ou non participé aux listes unitaires des régionales. Au-delà des compétitions électorales, son existence et le rassemblement qu’il symbolise peuvent encourager les mobilisations populaires. L’écho qu’il rencontre auprès de divers secteurs du monde syndical ou associatif dessine même la possibilité de nouvelles formes de coopération entre les équipes militantes du mouvement social et les organisations de la gauche de gauche.

 

Le Front de gauche a, aujourd’hui, la charge d’assumer ses nouvelles responsabilités.

 

Il lui incombe d’abord de dépasser une existence rythmée par les seules échéances électorales, pour devenir un instrument permanent de construction d’une alternative de gauche, un vrai front politique et social. Ce qui suppose, en tout premier lieu, de prolonger son engagement dans les deux derniers scrutins d’une présence forte et régulière dans les mobilisations, à commencer par celles que cristallisera la défense des retraites, afin d’y faire exister les réponses politiques qu’exige la situation.

 

Il lui faut encore s’ouvrir à toutes celles et tous ceux qui partagent sa démarche de construction d’une perspective à vocation majoritaire au cœur de la gauche, en faisant bouger les lignes à l’intérieur de cette dernière. Cela concerne au premier chef les syndicalistes et animateurs du mouvement associatif, mais aussi les acteurs du combat culturel et intellectuel, dont l’apport et l’expérience seront précieux pour franchir une nouvelle étape. Cela concerne aussi les courants de gauche ou écologistes, ainsi que ceux de ses partenaires des élections régionales, qui partageraient cette perspective.

 

Il lui appartient enfin de trouver le chemin d’une véritable dynamique militante et populaire, allant au-delà d’un fonctionnement cartellisé. La tenue, sur le terrain, d’assemblées régulières de discussion, ouvertes à toutes celles et tous ceux qui seraient intéressés et qui partageraient ses objectifs politiques, même s’ils n’adhèrent à aucune des composantes nationales du rassemblement, pourrait en être le moyen.

 

Il a besoin, au service de ces objectifs, de se doter d’une plate-forme partagée, d’un programme, restituant la cohérence d’ensemble de son action et commençant d’affirmer un véritable projet de société.

 

Au-delà, le Front de gauche se doit de porter avec visibilité, dans le débat public, la solution politique adaptée aux attentes populaires et susceptible de rassembler une majorité à gauche et dans le pays. À partir d’une position claire, il peut contribuer à dissiper la confusion entretenue par les évolutions en cours à la direction du Parti socialiste ou du côté des principales figures d’Europe écologie.

 

L’heure est à un nouveau Front populaire. Le contexte actuel appelle une perspective politique qui rompe avec les alternances du passé et récuse les errements du social-libéralisme. Un Front populaire qui s’appuie en permanence sur la mobilisation des travailleurs, seule à même d’assumer la confrontation nécessaire avec les classes possédantes. Qui se rassemble autour d’un programme de rupture avec l’ordre établi. Qui fasse converger les réflexions présentes dans le mouvement social avec celles de la gauche qui n’entend pas se contenter d’une modeste alternance, mais agit pour un total bouleversement des orientations suivies à la tête du pays.

 

C’est à partir de cette proposition d’un nouveau Front populaire que le Front de gauche devra s’adresser au peuple de gauche et participer aux débats de clarification qui commencent au sein de la gauche.

 

Cette plate-forme partagée et cette offre politique pourraient sortir des Assises du Front de gauche, dont Gauche unitaire a suggéré la tenue à ses partenaires d’ici la fin de l’année 2010. Ces Assises devraient faire l’objet d’une préparation à l’échelon local comme départemental. Elles auraient pour premier objectif d’œuvrer à un processus approfondi d’élaboration d’une nouvelle offre stratégique et programmatique à gauche. Elles seraient, à cet égard, de nature à permettre aux militants syndicaux et associatifs, aux forces issues du monde de la culture et de la création, de prendre toute leur place dans cette construction novatrice qu’est le Front de gauche, contribuant à lui donner un nouvel élan. Elles pourraient, sur cette base, poser un jalon de la discussion qui devra suivre pour organiser l’intervention commune à l’occasion des échéances politiques et électorales des deux prochaines années. Elles représenteraient enfin le cadre de son élargissement aux forces et sensibilités en accord avec une démarche consistant à changer la gauche en y conquérant la majorité sur une orientation de transformation sociale et écologique.

 

Il n’y a pas un instant à perdre : l’alternative qu’il convient de bâtir de toute urgence passe par le développement du Front de gauche ! 

  

Le 11 avril 2010

 

La déclaration politique complète de la direction de la Gauche unitaire sur http://www.gauche-unitaire.fr/

 

gauchunitaire.jpg

Tag(s) : #Tracts, déclarations et pétitions
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :