Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cgt.jpg

GROUPE RENAULT

119, rue du Point du Jour - 92109 BOULOGNE

������ 01.76.84.14.33 / 01.76.84.14.34 - ������ 01.76.84.14.35

www.cgt-renault.com - e.mail usines@cgt-renault.com

Intranet Renault e.mail : cgt.central@renault.com

 

Communiqué de presse de la coordination des syndicats CGT RENAULT

L’arrogance, la suffisance et le dogmatisme des Dirigeants de Renault doivent faire place au respect et à l’écoute des salariés dans l’intérêt général !

 

Dans son communiqué interne faisant suite au Conseil d’Administration extraordinaire du 14 mars 2011, la direction générale de Renault annonce que « les premières conclusions du Procureur de la République de Paris… mettent hors de cause Mrs Michel BALTHAZARD, Bertrand ROCHETTE et Matthieu TENENBAUM et lèvent les soupçons formés à tort contre eux… »

 

Il n’est pas inutile de rappeler que les trois cadres n’étaient pas seulement soupçonnés, mais formellement accusés par la direction de Renault et notamment par ses deux premiers dirigeants.

 

Les excuses publiques, de M. Ghosn sur TF1 sont un minimum, qui n’effaceront sans doute pas le traumatisme des trois cadres et de leur famille mis en pâture sur la scène médiatique.

 

L’annonce de leur réintégration et/ou d’une indemnisation du préjudice subi ne peut être appréciée que par les victimes elles-mêmes et elles ne peuvent être que les seuls juges.

 

Quant aux suites de cette affaire, il serait prématuré de lancer de nouvelles accusations et procédures disciplinaires avant de laisser la justice faire son travail jusqu’au bout.

 

La CGT prend bonne note de ces demandes concernant le renoncement à leur part variable de leur rémunération acquise au titre de 2010, et à tout bénéfice de stock-options pour l’exercice 2011 des cadres dirigeants impliqués directement ou de près dans ce fiasco. Sur TF1, Carlos Ghosn a annoncé que sa part variable 2010 représentait 1,6 million d’€.

 

La CGT considère qu’il était inadmissible que ce soit l’entreprise et donc les salariés qui paient les fautes commises par leurs dirigeants.

 

Néanmoins, ceci ne suffira pas « à restaurer l’image de Renault et la confiance dans l’entreprise et sesdirigeants… »

 

Tout dépendra de la capacité de la direction générale à mettre sur la table les questions de fond sur lesquelles la CGT s’est déjà exprimée.

 

Les salariés doivent être au coeur des orientations de l’entreprise et c’est avec eux qu’il convient de les définir dans l’intérêt commun de toute l’entreprise et non plus en direction des seuls actionnaires.

 

Il faut que cesse cette course à l’individualisation des salaires et à la mise en concurrence des salariés.

 

Combien de fois dans l’entreprise, les salariés ont été condamnés sans tenir compte de leurs arguments ou des circonstances des faits constatés !

 

Il est donc grand temps que tous les salariés de Renault soient respectés, reconnus et sollicités pour redéfinir les choix stratégiques de Renault.

 

Le management ne doit plus considérer le personnel comme un coût à réduire, comme une charge pour l’entreprise, mais comme une ressource incontournable, sans laquelle il n’y a pas d’entreprise.

 

L’entreprise doit changer radicalement ses méthodes d’organisation et de sécurité.

 

La présence de « Barbouzes » à l’intérieur de l’entreprise est inacceptable !

 

Voilà ce qui est en jeu aujourd’hui et à partir duquel la CGT souhaite et va engager le débat. La meilleure image que Renault pourra donner tiendra en sa capacité à conjuguer progrès social avec le développement de l’entreprise et en donnant aux représentants du personnel le rôle et la fonction qui est la leur.

Tag(s) : #Tracts, déclarations et pétitions
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :