Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Paris, le 24 mars 2009

 

 

Pour l'interdiction des licenciements boursiers

J'ai apporté ma signature à la proposition de loi visant à interdire les licenciements dans les entreprises ayant reversé des dividendes à leurs actionnaires durant l'année écoulée, présentée aujourd'hui à l'Assemblée nationale par ma collègue Marie-George Buffet.

 

Comme le rappelle l'exposé des motifs « Pas un jour ne passe sans l’annonce de réductions d’activité, de fermetures de sites, de centaines voire de milliers de licenciements. Caterpillar, Continental, La Fnac, Goodyear, La Redoute, Les 3 Suisses, Saint-Gobain, Valéo, Whirlpool, Celanese, ZF Sachs Suspension pour ne citer que ces entreprises.

 

L’annonce de 555 suppressions de postes par l’entreprise Total, qui affichait avec insolence quelques semaines plus tôt un bénéfice record de 14 milliards d’euros et une distribution de dividendes en hausse de 10 % (2,28 milliards d'euros), a suscité une vive émotion dans le pays. [...]

 

L’exemple de Total n’est pas unique. La BNP Paribas, Mittal, Renault, suppriment des emplois, souvent après avoir bénéficié d’aides publiques, afin de conserver leurs marges. Leur seul objectif est de rémunérer toujours mieux les actionnaires, qui pourtant ne produisent rien.

 

C’est la logique de la financiarisation de l’économie qui perdure, alors même qu'elle est à l'origine de la crise. 75 milliards d’euros de profits ont ainsi été réalisés en 2008 par les entreprises du CAC 40, chiffre très inférieur aux profits réels. 34,9 de ces milliards ont été distribués en dividendes. [...]

 

L'article unique de cette proposition de loi envisage, sous le contrôle de l'inspecteur du travail, d’exclure du champ légal des licenciements économiques, ceux effectués dans des entreprises ayant reversé des dividendes à leurs actionnaires l’année écoulée. »

 

Bien entendu, comme l'a indiqué la secrétaire nationale du Parti communiste français lors d'un point presse, « une telle proposition ne fait pas en soi une politique durable de l’emploi ». Mais il s’agit, dans l'urgence, de protéger les salariés face aux tentations des grandes entreprises de réduire le coût du travail au prétexte de la crise.

 

J'ai aussi soutenu, lors de la réunion de ce jour de notre composante des député-e-s communistes, républicains, du Parti de Gauche, que cette proposition d'interdiction des licenciements boursiers soit portée à l'ordre du jour de la prochaine journée d'initiative parlementaire qui sera dédiée à notre groupe de la Gauche démocrate et Républicaine le 28 mai prochain.

Marie-Hélène Amiable
Maire de Bagneux
Députée des Hauts de Seine

Tag(s) : #Tracts, déclarations et pétitions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :