Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

undefined

La présence de listes du modem pour les élections municipale et cantonale conduisait à s’interroger sur l’impact possible de cette nouvelle offre électorale compte tenu des changements sociologiques qui concernent Malakoff comme l’ensemble des villes attenantes à Paris. D’autant plus que la qualité de vie résultant de la politique poursuivie avec persévérance par les municipalités ayant à leur tête Léo Figuères puis Catherine Margaté a comme conséquence que parmi les communes jouxtant Paris Malakoff fait partie de celles qui sont les plus attractives pour ces membres des couches moyennes qui ont de plus en plus de difficultés à se loger à Paris.

 

Certes la signification de vote tactique anti-Sarkozy du vote Bayrou au premier tour de l’élection présidentielle (3000 voix et 20%) était manifeste puisque la gauche retrouvait immédiatement ses pourcentages antérieurs  au deuxième tour  (63,07%) et à l’élection législative de juin (68,48% au premier tour, 69,87% au second) mais pour celle-ci l’absence de candidat du modem du fait de la capacité du candidat de droite  Metton à manger à tous les râteliers laissait subsister une incertitude sur la capacité d’une candidature modem à attirer une frange d’électeurs socialistes lors d’élections locales.

 

Les résultats des élections municipale et cantonale  apportent une réponse sans équivoque: les listes modem n’ont recueilli que des suffrages de droite. En effet aux élections municipales le total des listes UMP et Modem représente 25,2% contre 28,59% pour la liste unique de droite en 2001 et aux élections cantonales 23,46% contre 26,51% pour le total de l’UMP et de l’extrême-droite en 2001. Dans le même temps le pourcentage de la candidature socialiste progresse de 9,61% à 10,88% et Catherine Margaté de 6,8% aux dépends du candidat des verts. Ce genre de raisonnement a évidemment ses limites à 7 ans de distance et avec une augmentation importante de participation (+ 6,5% pour la municipale, + 6,2% pour la cantonale). Or l’élection législative de juin offre un élément de comparaison très intéressant du fait de sa proximité dans le temps: il s’agit pratiquement du même corps électoral pour l’élection cantonale (on rappelle que pour l’élection municipale on comptabilisait 177 électeurs étrangers communautaires). De plus la participation est très proche ( 61,87% à l’élection législative de juin, 58,54% pour la cantonale). Lors du premier tour de l’élection législative Metton a recueilli   26,36% des voix à rapprocher donc  du total de 26,65% pour le total du Modem, de l’UMP et du FN à la cantonale, ce qui montre clairement que le modem n’a rien pris comme voix sur la gauche.

 

Si maintenant on examine la répartition des voix de droite entre  le modem et  l’UMP on constate une grande variabilité selon les bureaux : le modem recueille en moyenne un quart aux cantonales et un peu moins d’un tiers aux municipales de ces voix. Cependant par bureaux cette répartition  s’échelonne d’un sur cinq ou six  dans les bureaux les plus populaires (9,12 20) à un sur trois ou quatre dans les bureaux qui le sont moins (4,8,7). On peut donc conclure que le modem a recueilli des voix de la droite petite-bourgeoise sans plus.

undefined

Tag(s) : #Données
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :