Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

JO de Tokyo. Athlétisme. La mixité entre en piste aux JO
Vendredi 30 Juillet 2021

Le stade olympique de Tokyo accueille, ce vendredi, les épreuves reines des JO : 48 disciplines et, pour la première fois, le relais 4x400 m mixte.

 

Pas facile d’intégrer aux jeux Olympiques de nouvelles épreuves parmi les disciplines reines de l’athlétisme... Pourtant, le Comité international olympique (CIO) a bien décidé de renouveler ses codes vieillots avec la mise en place du relais 4x400 m mixte. Les séries débutent ce vendredi. Une bonne nouvelle pour la Fédération internationale d’athlétisme, qui militait depuis longtemps pour cet ajout.

« Développer une stratégie par rapport à la qualité des athlètes »

Particularité de cette course : elle engage des coureurs femmes et hommes dans la même équipe. Une révolution dans le monde de l’athlétisme olympique, qui va tester pour la première fois de son histoire ce type d’épreuve. C’est en 2017 que le 4x400 m mixte fait son apparition en compétition officielle, lors des relais mondiaux à Nassau. Il faut attendre ensuite les championnats du monde d’athlétisme de Doha, en 2019, pour que ce spectacle inédit devienne l’une des grandes attractions. Cette course, qui se déroule comme un relais classique, est composée de deux femmes et deux hommes. Toutes les configurations sont possibles : deux hommes puis deux femmes et inversement, mais aussi alterner hommes et femmes pour chaque passage. Chaque équipe est décisionnaire du choix de sa formule. L’ordre des départs mais aussi des passages est donc décisif. Les équipes doivent se construire en sachant que les hommes enregistrent en moyenne une avance de 6 secondes sur les femmes. « On doit développer une stratégie par rapport à la qualité des athlètes dont on dispose. Il faut essayer d’imaginer comment les autres vont se positionner, et pouvoir trouver la solution par rapport aux autres. C’est toujours un choix compliqué, qui demande beaucoup de réflexion », explique l’entraîneur du relais belge, Jacques Borlée.

Mais, au-delà de cette nouvelle attraction, le président du CIO, Thomas Bach, a décidé d’aller plus loin dans l’idée d’imposer la mixité. Il y a ainsi, à Tokyo, deux fois plus d’épreuves mixtes (18) qu’à Rio (9) en 2016. Se sont ajoutés au 4x400 m en athlétisme, le relais mixte 4x100 m quatre nages, le double mixte en tennis de table et des épreuves mixtes en judo, triathlon et tir. « Nous faisons réellement un grand pas en avant vers l’égalité hommes-femmes », a déclaré le directeur des sports du CIO, Kit McConnell.

La France n’a pas passé les qualifications

Pour la directrice de recherche à l’Iris Carole Gomez, spécialisée en impact du sport dans les relations internationales, ces apports « participent à montrer qu’avec les JO, le CIO a évolué sur le sujet, en suivant l’évolution des mentalités de la société en matière d’égalité des sexes ». Avec le 4x400 m olympique, c’est le sport dans son ensemble qui en sortira gagnant : « C’est un bon exemple. Plus on en aura dans le sport, meilleure sera l’acception de la mixité », espère Dominique Crochu, cofondatrice de la start-up Mixity. Pourtant, face à ce nouveau défi, certaines nations n’ont pas encore passé le relais. La France, tout comme le Japon, n’a pas réussi à passer les qualifications. L’équipe américaine, vainqueur aux derniers championnats du monde, est d’ores et déjà en pole position pour devenir la première équipe mixte de l’histoire championne olympique.

Tag(s) : #Droits des femmes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :