Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Temps de travail, heures supplémentaires... Le dumping commence au Royaume-Uni
Dimanche 17 Janvier 2021

Boris Johnson veut faire sauter le verrou de la durée hebdomadaire du travail au-delà de 48 heures. Un scandale dénoncé par les syndicats britanniques et européens.

 

L’encre au bas de l’accord sur les modalités du Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne n’a pas eu le temps de sécher que déjà le gouvernement de Boris Johnson envisage de tester les bornes qu’il pourrait dépasser. Selon le Financial Times, le département des Affaires économiques, à Londres, élabore, avec l’aval du 10, Downing Street, un vaste plan de dérégulation des garanties et des protections sociales pour les salariés. Au cœur du dispositif, l’abrogation de la durée maximale hebdomadaire du travail – fixée aujourd’hui à 48 heures, dans les mêmes termes que la directive européenne sur le temps de travail – et une série d’attaques ciblées sur les temps de pause ou sur la prise en compte des heures supplémentaires dans le calcul des congés payés. Alors que le premier ministre britannique avait promis, il y a quelques jours, aux grands patrons, un vaste big bang de libéralisations sociales, la perspective a été immédiatement saluée comme une manière de faire « sauter les carcans » de l’économie.

 

« Une agression au marteau impardonnable »

Par la voix du député Ed Miliband, les travaillistes dénoncent une volonté de priver les salariés de « droits vitaux ». « Cela ne devrait même pas pouvoir être discuté », estime-t-il. Les syndicats britanniques en font un casus belli. Warren Kenny, secrétaire général de la fédération GMB, forte de ses 620 000 membres, dénonce une « agression au marteau impardonnable dans la pire crise économique de nos existences ». À Bruxelles, la Confédération européenne des syndicats voit dans ce scandale « le premier test majeur » pour l’accord sur le Brexit. « Ces plans constitueraient une infraction claire aux règles du jeu équitables, condamne Esther Lynch, sa secrétaire générale adjointe. L’Union européenne doit se préparer à prendre des mesures rapides, avec des rétorsions, si nécessaire. »

 

Cette interview pourrait aussi vous intéresser : Ken Loach : qu’est-ce qu’un film politique ?
Tag(s) : #Union européenne
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :