Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Front de gauche 92 avec la nouvelle gauche de Grèce

AVEC LE PEUPLE GREC ET LES PEUPLES EUROPEENS POUR UNE EUROPE DEMOCRATIQUE ET DE PROGRES SOCIAL

Dimanche 15 janvier

Le peuple grec a chassé les vieux partis, corrompus et clientélistes, et installé au pouvoir Syriza, parti de gauche véritable opposé à l'austérité.

Une brèche est ainsi ouverte contre les diktats des marchés financiers sur lesquels s'alignent les dirigeants européens.

Le peuple grec a résisté au chantage exercé par le gouvernement sortant relayé par Angela Merkel et le président de la Commission européenne menaçant du chaos si le vote n'était pas conforme à leur volonté de poursuivre les politiques qui ont conduit à l'explosion du chômage et de la pauvreté et à l'exclusion de 30% de la population de toute couverture sociale. Ces politiques d'austérité draconiennes, imposées par les créanciers n'ont fait qu'empirer la crise du pays au lieu de lui permettre de s'en sortir : chute de 30% de la production et endettement aggravé passé 115 % du PIB en 2009 à 175 % aujourd’hui.

Le peuple grec a voté pour reconquérir sa dignité bafouée par la tutelle exercée par les bureaucrates de la « Troïka » (Banque centrale européenne, FMI, commission européenne). Maintenant les gouvernants européens craignent par dessus tout la force d'entraînement que pourrait avoir cette victoire sur d'autres pays, à commencer par l'Espagne, mais aussi le Portugal, l'Irlande...

C'est pour cela qu'ils agitent les peurs, notamment dans les médias : « si la Grèce annulait ses dettes, il en couterait 600 € par français ». Faux ! Contrairement aux idées reçues, ce sont les politiques d'austérités menées depuis 10 ans qui ont creusé la dette. L'économie s'est arrêtée : salaires, rentrées fiscales se sont effondrés... conduisant la Grèce dans un cercle vicieux, l'obligeant à emprunter à des taux très élevés, 9% sur 10 ans sur les marchés financiers, 3,5 % auprès des Etats et du Fond Européen. Ainsi chaque année la France récupère 80 millions d'euros au titre des intérêts sur la Grèce. Les banques et des marchés profitent de la crise grecque.

Syriza ne refuse pas de rembourser la dette, mais la part indue que les taux d'intérêts exorbitants ont creusé.

Quant aux défauts bien réels de l'État grec, ils ne sont pas de la responsabilité des salariés et retraités à qui on a fait payer les plans d'aide mais d'une oligarchie liée aux anciens partis dominants et dont Syriza veut justement supprimer les privilèges.

La confrontation entre les instances européennes et le nouveau gouvernement grec qui veut leur tenir tête sera donc très dure. Pour réussir et appliquer son programme celui-ci devra en premier lieu prendre appui sur la mobilisation du peuple grec mais également sur celle de tous les autres peuples européens qui devront apporter leur solidarité exiger le respect du choix du peuple grec. Ainsi sera apportée la preuve concrète qu'il existe bien une alternative aux politiques d'austérité. Front de Gauche, écologistes, socialistes opposés à la politique d'austérité du gouvernement, Nouvelle Donne, NPA, soyons tous unis pour soutenir le peuple grec et son nouveau gouvernement et avec eux et les autres peuples d'Europe réorienter l'Europe vers le progrès social et la solidarité.

Tag(s) : #Grèce
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :