Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Éléments d'analyse de l'élection municipale du 23 mars 2014 à Malakoff.

L'absence de la liste UMP-UDI impose de faire plus d'hypothèses que pour une analyse classique. Il est néanmoins possible de proposer quelques premiers enseignements de l'élection.

Abstention : l'abstention augmente de façon importante de 40,6% en 2008 à 48,31%. Elle retrouve le niveau de 2001 (47,03%) qui se situait dans la configuration de deux listes seulement alors que la présence de six listes en 2008 était probablement un facteur de mobilisation accrue. Les nuls augmentent de 337 à 930 ce qui compte tenu d'une augmentation des inscrits de 743 conduit à une diminution des exprimés de 1654.

L'augmentation de l'abstention se situe bien entendu dans le cadre de son augmentation générale cependant l'absence de la liste de droite a joué certainement un rôle car le mouvement n'est pas du tout de la même ampleur dans les autres communes Front de gauche sortantes du 92 et réélues le 23 mars : de 47,51 à 50,96 à Nanterre, de 47,97 à 48,50 à Gennevilliers et de 45,76 à 47,97 à Bagneux. Il est difficile cependant de trouver une corrélation claire entre les scores de la liste de droite en 2008 et l'augmentation de l'abstention dans les différents bureaux.

Les blancs et nuls augmentent de 337 à 930 ce qui n'est pas négligeable mais ne correspond évidemment pas à la consigne donnée par la liste UMP-UDI. Une telle consigne est de toute façon généralement peu suivie et a été peu connue. Il y a toujours un niveau non négligeable de blancs et nuls qui se montaient ainsi à 539 en 2001 (dans ce cas ils pouvaient signifier une insatisfaction de la présence de deux listes seulement). De plus certains de ces blancs et nuls doivent provenir d'un refus de certains électeurs de gauche de la présence des socialistes sur la liste d’union conduite par Catherine Margaté, ceci par hostilité à la politique gouvernementale.

La liste d'union gagne 2,38% en pourcentage mais il y a une baisse de 2,01% si on ajoute le score de la liste écologique de 2008. En termes de voix il y a une baisse de 870 voix et de 1344 en incluant les voix écologiques de 2008.

L'opposition au gouvernement et à la présence des socialistes sur la liste d’union se manifeste aussi par le doublement des voix de la liste de Lutte Ouvrière. Si on y ajoute celles du POI on arrive à un total de 5% dont une partie provient probablement des voix de la liste Malakoff autrement à gauche de 2008 qui se situait explicitement sur cette base et ceci malgré le fait que les principaux militants de cette liste aient rejoint le Front de Gauche et aient apporté un soutien à la liste d'union.

Malgré l'absence de la liste UMP-UDI certains éléments d'analyse apparaissent concernant les deux listes qui se présentaient comme « citoyennes ». Ainsi le caractère très marqué à droite de la liste Tauthui concernant les problèmes sociétaux a visiblement été perçu par une partie de l'électorat, comme le montre le fait que le score le plus élevé (19,30%) se situe au bureau 22 qui inclut les militaires logés au Fort de Vanves dont une partie peut se situer sur ce terrain idéologique même si les discussions montrent qu’un grand nombre soutient la municipalité à l’instar des autres habitants De plus la personne située en deuxième position sur la liste y habite . De fait pour les petites listes les variations entre bureaux s’expliquent souvent directement par le lieu d’habitation des candidats.

Concernant Malakoff Plurielle la relation avec les voix du Modem en 2008 est assez claire (forts scores relatifs du MODEM aux bureaux 7, 8, 13, faibles scores aux 12 et 20…) en lien avec les mêmes lignes de force pour Malakoff Plurielle en 2014. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une règle générale Malakoff Plurielle obtient un pourcentage important dans certains bureaux où le nombre d'inscrits a fortement augmenté, comme le 8, manifestant sans doute un impact de leur campagne démagogique sur de nouveaux habitants appréciant la ville et ses services tout en étant déconnectés de son histoire.

Le pourcentage important pour Malakoff Plurielle au bureau 2 peut être mis en relation avec le caractère pavillonnaire de certaines rues, ce qui correspond bien à la sociologie principale des candidats et à la présence dans ce même quartier de plusieurs candidats conformément à l’influence directe de voisinage mentionnée précédemment.

Tag(s) : #Malakoff élections municipales

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :