Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alternativecitoyenne2.JPG
logo_lafederation.jpg

La droite prétend reconquérir l’Ile-de-France. Mettre en échec son offensive, c’est ancrer plus à gauche les politiques régionales. Grand Paris, métropole, région : la droite veut tout mettre sous tutelle avec encore plus de ségrégation et d’inégalités. A l’inverse, notre projet est celui d’une région et d’une métropole solidaires, ouvertes, démocratiques, écologiques et citoyennes.

 

L’Ile-de-France est l’une des régions les plus riches du monde. Elle est riche aussi de sa diversité et de sa jeunesse. Elle souffre d’un développement urbain inégalitaire, d’un environnement et d’une qualité de vie dégradés. Quelle vision de son avenir va l’emporter ?

 

La majorité actuelle du conseil régional n’a pas été inactive depuis six ans et a eu de réels résultats : transports, lycées, lutte contre les discriminations ou aménagement du territoire… Mais face au projet de la droite, à la politique gouvernementale et à la crise qui touchent particulièrement les populations vulnérables, il faut plus de résistance et d’innovations dans les politiques publiques. Il est nécessaire de répondre plus et mieux aux besoins.

 

Avec cette ambition, nous voulons contribuer au rassemblement le plus large possible de la gauche de transformation en Ile-de-France, et faire gagner la gauche. Nous voulons le faire en portant de la rue aux urnes la colère et des propositions pour une alternative combinant vraiment social et écologie. Nous voulons débattre et agir pour un projet plus solidaire, construit dans la mobilisation citoyenne, élaboré avec la participation du plus grand nombre.

 

Après l’échec et la division de l’élection présidentielle, beaucoup parmi nous ont fait le choix de développer la Fédération pour une alternative sociale et écologique.


Ses ambitions fondatrices sont de nourrir le décloisonnement entre le social et le politique et de promouvoir une alternative articulant entièrement les dimensions sociales, environnementales et démocratiques. D’autres, et parfois les mêmes, sont surtout impliqué-e-s dans leurs engagements syndicaux ou associatifs et / ou se réclament du réseau « Alternative Citoyenne », dont l’expérience avec liste de « La Gauche Populaire et Citoyenne » avait marqué les élections régionales de 2004. Une dizaine d’élu-e-s ont ainsi expérimenté depuis six ans un investissement dans les politiques régionales.

 

Nous approuvons la proposition de cadre unitaire national autour de listes intitulées « Ensemble », sous-titrées « Pour des régions à gauche, solidaires, écologistes et citoyennes », auquel pourraient participer à ce stade les composantes du Front de Gauche (PCF, PG et GU), la FASE, République et Socialisme, le M’PEP, et peut-être le PCOF, les Alternatifs et le FSQP. Et nous espérons toujours que de telles listes pourront se construire avec le NPA.

 

Nous voulons consolider cette démarche, l’élargir, travailler dans une co-élaboration très large au contenu de son projet pour l’Ile-de- France. Nous proposons à toutes celles et tous ceux qui veulent battre la droite et pousser la Région vraiment à gauche à y prendre toute leur place et à mener avec nous une « campagne dans la campagne ».

UNE COOPÉRATIVE D’IDÉES POUR  L’AVENIR  DE  L’ILE   DE   FRANCE – DÉCEMBRE  2009

Une campagne dans la campagne

Une autre région est possible


L
a droite va-t-elle reconquérir ou non l’Ile-de-France ? Compte tenu de la place stratégique de cette région tant du point de vue politique que du point de vue de son insertion mondiale, elle ne peut pas supporter de ne pas y avoir les pleins pouvoirs.

 

C’est ce qui explique son extraordinaire offensive depuis l’élection présidentielle. De son discours de Roissy le 26 juin 2007, qui remettait violemment en cause le Schéma de développement élaboré sous la responsabilité de la Région, au projet de loi sur la société du grand Paris que vient de voter le 1er décembre l’Assemblée nationale, Nicolas Sarkozy inscrit la reprise en main de l’Ile-de-France dans une stratégie d’ensemble.

 

Très souvent, les grands médias présentent cette confrontation comme simplement politicienne, en la réduisant à des rivalités de pouvoir entre institutions. Or, le véritable conflit est celui des projets.

 

C’est bien la conception du devenir de l’Île-de-France qui est en jeu. La confrontation oppose la vision d’une métropole ségrégative sous tutelle et celle d’une métropole solidaire et démocratique.

 

La vision ségrégative s’inscrit dans la mise en concurrence et la sélection des territoires et des personnes. Elle mobilise la puissance publique non pour l’intérêt général, mais pour favoriser les intérêts du monde des affaires, des promoteurs et des grands groupes du bâtiment et travaux publics. Elle s’inscrit dans une stratégie de recomposition du capitalisme français, avec un Etat « stratège » plus autoritaire et plus libéral que jamais.

 

Dans le contexte d’une mutation du fait métropolitain, avec l’émergence de « villes mondes », le pire serait dans la compétition et l’exacerbation des inégalités, le meilleur est dans la coopération et une nouvelle urbanité.

 

Nicolas Sarkozy et le Gouvernement ont détourné la passionnante consultation internationale des architectes pour n’en retenir que le projet d’une infrastructure de transport appelée à relier 7 ou 8 pôles d’excellence. C’est la négation des priorités pour face aux inégalités et les ségrégations subies par l’immense majorité de la population. C’est à la fois la ville de demain et le quotidien de 12 millions d’habitants, dans un contexte d’urgence sociale et écologique, qui se jouent aujourd’hui. Pour nous, l’enjeu est de dégager des réponses qui donnent la perspective d’une « alter métropolisation ».

 

Mode d’emploi


Construire un projet à quelques organisations serait à l’opposé de notre conception de la politique et serait le meilleur moyen de ne jamais le concrétiser.

 

Nous voulons croiser nos idées avec les aspirations portées par le mouvement social. La campagne électorale est cette occasion de débattre et d’élaborer de grandes propositions avec les associations, les citoyens, les syndicats.

 

De cette co-construction dépend notre capacité à mettre en oeuvre des politiques transformatrices. C’est dans ce nouveau rapport aux institutions, soucieux de créer des rapports des forces et de s’emparer des choix publics à faire, que nous concevons l’investissement dans les exécutifs.

 

Notre conception du rôle des élu-es est donc de renforcer la participation des citoyens à la prise de décision politique. Cela vaut évidemment pour l’élaboration d’un projet progressiste pour l’Ile-de-France.

 

Nous lançons une coopérative d’idées pour l’Ile-de-France comme moyen de mettre en commun expériences et propositions pour définir et enrichir les axes d’un projet. Nous proposons de travailler selon des modalités très complémentaires :

 

• le développement d’un site internet collaboratif pour diffuser et confronter les contributions ;

• la tenue de réunions thématiques et locales à partir de janvier prochain.

 

À chacun-e de s’emparer de ces outils dans sa localité, son lieu de travail, son réseau pour prendre des initiatives.

 

Le site fonctionne

http://www.idf.cooperative-idees.org

 

 

Avant, pendant et après l’élection, donnons du pouvoir à chacun-e.

 

Notre campagne, dans des comités et des forums citoyens :la campagne du plus grand nombre.

 

Nous contacter : http://lafederation.org  -http://www.alternativecitoyenne-elus.org

 

P r o c h a i n r e n d e z - v o u s :

Samedi 9 janvier 2010, à 10 heures

AGECA, 177 rue de Charonne, 75011 Paris

Métro : Alexandre Dumas

 

pour

l’Ile-de-France

 

Tag(s) : #Annonces et compte-rendus de réunions
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :