Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Par Gabriel Massou, conseiller régional communiste, président du groupe communiste, alternative citoyenne, républicain, et François Labroille, conseiller régional Alternative citoyenne, vice-président de la commission aménagement.

Lu sur http://www.humanite.fr/2008-10-07_Tribune-libre_Un-atout-pour-le-developpement-regional-et-les

Les raisons de l’offensive gouvernementale contre le schéma directeur de la région Île-de-France.

La révision du schéma directeur de la région Île-de-France (SDRIF) constitue l’un des actes majeurs du mandat 2004-2010 du conseil régional. Elle consiste à anticiper l’aménagement d’une région pour les vingt-cinq ans à venir. Pour la première fois une telle opération s’exerce sous la responsabilité de la région. Le SDRIF détermine l’affectation des sols pour la région jusqu’en 2030, et a déjà, de ce seul point de vue, une importance stratégique. Mais au travers de la localisation de l’habitat, des emplois, des transports et des grands équipements, ce sont en fait toutes les politiques publiques qui, de près ou de loin, sont concernées par son contenu.

CONFLIT SUR LE PROJET

Issu d’une importante concertation au niveau institutionnel, mais qui aurait mérité une sollicitation bien plus large des citoyens, le nouveau SDRIF a été adopté par le conseil régional en février 2007, puis ajusté au vu des recommandations de l’enquête publique qui s’est déroulée à l’automne 2007, avec un avis favorable à l’unanimité de ses membres. Cette ultime version a été adoptée le 25 septembre dernier par le conseil régional d’Île-de-France. Ce schéma veut répondre à trois défis : favoriser l’égalité sociale et territoriale et améliorer la cohésion sociale ; anticiper et répondre aux mutations ou crises majeures, liées notamment au changement climatique et au renchérissement des énergies fossiles ; développer une Île-de-France dynamique maintenant son rayonnement mondial. Il fixe cinq objectifs : construire 60 000 logements par an pendant vingt cinq ans et viser un taux de 30 % de logements locatifs sociaux à terme ; doter la métropole d’équipements et de services de qualité, préserver, restaurer, valoriser les ressources naturelles, accueillir l’emploi et stimuler l’activité économique, promouvoir une nouvelle politique de transports au service du projet régional. Depuis plus d’un an, le gouvernement de Nicolas Sarkozy tente de faire échouer le nouveau schéma directeur : demande d’annulation de l’enquête publique en juin 2007, puis menace violente aujourd’hui de non-validation en Conseil d’État. Ce conflit est l’indice de l’ampleur des questions en jeu. Dans une région dont personne ne peut ignorer les crises sociale, économique et écologique, le SDRIF est beaucoup plus que la production d’un document d’urbanisme. Il oblige à repenser sur un horizon long l’ensemble des questions de logement, d’emploi, de transport, d’équipements urbains qui vont commander la vie quotidienne de près de douze millions d’habitants… Aujourd’hui, la droite ne supporte pas que la politique régionale lui échappe et intensifie son offensive pour casser un projet élaboré depuis quatre ans avec l’ensemble des collectivités concernées. Cette offensive constante depuis juin 2007 renvoie à des divergences fondamentales sur le devenir de la région. Au-delà des arrière-pensées électoralistes de la droite, elle oppose deux visions et deux conceptions de l’Île-de- France. D’un côté, la soumission à une mondialisation libérale plus inégalitaire que jamais, de l’autre un parti pris de la solidarité face aux défis de demain. Certes, le SDRIF n’est probablement pas sans limite ou ambiguïtés, mais il a cette véritable ambition.

UNE FORTE EMPREINTE

La construction de ce document est en effet marquée par une forte empreinte du groupe communiste, Alternative citoyenne et républicain de la région Île-de-France. Le groupe CACR a contribué, tout au long du processus de concertation sur la révision du schéma directeur, à faire avancer les points qui lui paraissaient les plus importants. Il a constamment insisté sur la dimension plus démocratique à donner à son élaboration, en sachant que des centaines de milliers de personnes auraient pu s’y impliquer. Il a constamment mis l’accent sur la nécessité impérieuse de la lutte contre les ségrégations dans le cadre d’une conception du développement adossée à l’égalité sociale et territoriale ; sur la solidarité et l’interdépendance des territoires sans opposer Paris, le coeur de l’agglomération, et le nécessaire développement de nouveaux territoires. Le SDRIF intègre d’ailleurs le processus de coopération entre collectivités amorcé avec la création du syndicat d’étude mixte Paris métropole dont la région est partie prenante. Les élus CACR ont défendu une conception du développement économique et du pleinemploi fondée sur l’innovation et la relocalisation dans la diversité des activités, la formation et la sécurisation des parcours des personnes, et non la financiarisation, Le logement a été un point fort du débat et le groupe a obtenu que la région se fixe un objectif de 30 % de logements locatifs sociaux d’ici à 2030 sur la base de 60 000 constructions par an. C’est précisément l’un des points les plus rejetés par la droite. De plus, il s’est beaucoup investi pour un développement des transports publics réellement ambitieux (prolongement de nombreuses lignes de métro, de tramway, de RER, etc.), avec notamment l’adoption de la grande rocade en métro rapide. Le devenir du SDRIF doit devenir l’affaire de toutes et tous. Pour qui veut relever le défi des inégalités et la crise écologique, développer le logement social et les transports en commun, promouvoir la qualité de vie urbaine dans une région métropole de taille mondiale, l’adoption du SDRIF est un atout, pour les politiques locales, comme pour les mobilisations sociales.

Voir aussi Grand Paris: des propositions cohérentes pour un développement durable

Et http://www.paris.fr/portail/accueil/Portal.lut?page_id=95&document_type_id=4&document_id=21823&portlet_id=13549&multileveldocument_sheet_id=11914 (communiqué presse de la dernière conférence métropolitaine)

Tag(s) : #Débats
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :