Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

arton1844-c8a0a.jpgSur http://www.educationsansfrontieres.org/?article4861

Soutien à Florimond Guimard

Le 20 avril 2007, Florimond Guimard, professeur des écoles à Marseille, militant syndical et associatif, était convoqué devant le Tribunal Correctionnel d’Aix en Provence, poursuivi pour « violence en réunion avec arme par destination ». Ce jour-là, en écho aux déjà 15 000 signataires de cette pétition de soutien, 2000 personnes manifestaient dans les rues d’Aix pour dénoncer une forme de criminalisation de l’action militante. Le procès a finalement été reporté au 22 octobre 2007 à la demande des parties civiles (policiers).

Les faits : le 11 novembre 2006, au cours d’une manifestation à l’aéroport de Marignane rassemblant près de 200 personnes contre l’expulsion d’un père de famille de deux enfants scolarisés à Marseille, Florimond Guimard n’a fait que suivre à distance avec sa voiture le véhicule de police qui emmenait un père de famille à expulser. Aucun blessé n’a été déploré ce jour, si ce n’est un jour d’ITT concernant un policier dont le pouce aurait heurté une barrière et quelques éraflures côté manifestants. Le parent d’élève a été libéré le soir même.

Voilà ce que sont les « violences en réunion et avec arme » (la voiture !) dans ce dossier, faits passibles de 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende.

Florimond Guimard n’est pas un délinquant adepte des violences. C’est un militant syndical, particulièrement investi dans le RESF13, et un pédagogue dont le travail est reconnu.

Compte-rendu de l’audience

Le procès a eu lieu le 22 octobre à Aix en Provence
 

La mobilisation pour Florimond a été forte, encore plus forte qu’en avril dernier. De toute la France, environ 3000 manifestants sont venus à Aix-en-Provence pour soutenir Florimond et dire, tous ensemble, « La solidarité n’est pas un délit ». Les enseignants des écoles des Bouches-du-Rhône se sont massivement déplacés.

Pendant l’audience, l’examen des vidéos de la manifestation du 11 novembre 2006 à Marignane a clairement montré que les accusations retenues à l’encontre de Florimond ne reposaient sur aucune réalité.

"Ni fait ni à faire"

C’est ainsi que le procureur a qualifié la procédure judiciaire ! Dans ses réquisitions, il a déclaré qu’il était dans l’impossibilité de requérir sur le chef d’accusation retenu. Il a ainsi demandé la requalification des faits en « rébellion », sans conviction… et a conclu en requérant "une peine symbolique ( !) de 2 mois de prison avec sursis" et aucune amende.

Les trois avocats de Florimond ont successivement et brillamment plaidé sur les faits, sur la personnalité et le parcours personnel de Florimond et sur l’engagement des enseignants dans le RESF, pour les droits des enfants et, plus généralement, en rendant hommage à la profession d’enseignant et à ses combats pour toutes les solidarités. Ainsi, au terme de ces plaidoiries non dénuées d’émotions, le RESF a été redéfini en « Réseau Espoir Sans Frontières ».

Florimond est satisfait et soulagé à l’issue de cette journée.

Ses avocats confirment que la porte est ouverte pour la relaxe, même si une peine de principe (des € d’amende) n’est pas à exclure.

Le délibéré a été renvoyé au 21 décembre.

 
Tag(s) : #Niouzes diverses

Partager cet article

Repost 0