Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sarkozy-dassault-bouygues-lagardere.jpg

Dans une société ou, à de rares cas prés, il coûte toujours plus cher, à l’échelle d’une vie, d’être locataire que propriétaire, il est normal de préfèrer être propriétaire de son logement.

 

Là où la démagogie commence, c’est quand ceci est mis au centre de la politique du logement. N. Sarkozy et les siens savent bien que ce n’est pas possible pour tout le monde. Ceci est particulièrement vrai dans des zones urbaines comme la partie centrale de la région parisienne, dans le Sarkoland (le 92) tout spécialement. Il suffit de lécher les vitrines des nombreuses agences immobilières de Malakoff pour s’en rendre compte…

 

La mesure de déduction des intérêts sur les emprunts immobiliers contractés depuis le 6 mai et relatifs à l’achat d’une résidence principale n’est pas négligeable pour ceux qui en bénéficieront et, une fois encore, tant mieux pour eux, mais ne répond pas à la vraie question : comment loger convenablement tout le monde à raison de ses moyens et sans alimenter la ségrégation spatiale déjà si marquée en région Ile de France, avec toutes les conséquences qui s’ensuivent ?

 

Pour cela, la seule politique capable d’atteindre ces objectifs est celle suivie avec constance dans notre ville, et depuis des dizaines d’années, d’offre diversifiée de logements en location sociale, privée et en accession à la propriété. Il suffit d’aller voir ce qui se passe dans des villes voisines où ce cap essentiel n’a pas été tenu pour comprendre : il y a des politiques qui favorisent la ségrégation et d’autres qui contribuent à une mixité sociale harmonieuse !

 

Ce n’est pas l’optique du pouvoir actuel. Ce n’est pas une surprise au regard des 2% de logements sociaux de Neuilly, en infraction claire avec la loi SLRU.

 

Revenons à la loi TEPA dite « paquet fiscal». On passera sur le fait que le candidat de l’UMP a promis n’importe quoi au meeting du Havre où il a « assaisonné » durement son ministre des comptes publics (E. WOERTH, qui avait raison sur ce point) en expliquant que, contrairement aux dires du ministre, tous les prêts en cours pourraient bénéficier de la déduction fiscale alors que l’on savait que c’était inconstitutionnel…

 

C’est une confirmation de la méthode constante du nouveau président qui cherche d’abord l’effet d’annonce sans véritable considération pour les résultats réellement attendus.[1]

 

Les 6 à 7 milliards qui vont être dépensés pour l’exonération fiscale des intérêts auraient sûrement été mieux employés à relancer le logement social ou à favoriser le logement de telle où telle catégorie, par exemple les jeunes qui ont un mal fou à trouver des logements abordables pour cette rentrée…

 

En plus, il va falloir compenser le trou budgétaire, alors que la croissance du PIB est en berne.

La mesure va relancer l’achat de logement et créer quelques emplois dans le BTP ? Ce serait bien mais rien n’est moins sûr puisque les taux d’intérêt remontent dans le contexte de la crise  financière mondiale. Ce qui est sûr, par contre, c’est que la hausse des prix de l’immobilier va être relancée ( tant mieux pour les propriétaires- indice INSEE-notaires : +8% sur les douze derniers mois en moyenne dans la région ), ce qui contribuera à éliminer quelques candidats à l’achat, y compris dans notre ville.

 

Pendant ce temps-là, la création d’emploi est atone, et le bon M. HIRSCH a obtenu 26 millions d’€ pour financer son revenu de solidarité active.

 

A l’issue de ce panorama partiel mais non partial car basé sur des faits, on comprend pourquoi Mme LAGARDE ministre en charge de ces mesures s’est « amusée » à reprendre début juillet, devant un parterre de financier de la place de Paris, le « Enrichissez-vous ! » de GUIZOT, ce ministre du 19 éme siècle.

 

Quelle rentrée …plutôt pluvieuse.

 

Une fois n’est pas coutume, il me paraît indiqué de lire dans Le Figaro la récente interview de Manuel VALLS pour comprendre comment la gauche en tant que telle peut disparaître du panorama politique.

 

http://www.lefigaro.fr/elections-legislatives-2007/20070821.WWW000000331_manuel_valls_sortons_le_ps_du_carcan_des_courants.html 

 

Joël ALLAIN

 

[1] Tout le monde se souvient de SANGATTE: suppression d’un centre de la Croix Rouge pour les sans papiers désireux de passer en Grande-Bretagne ; résultats depuis: des centaines de personnes harcelés par la police et sur toute la côte depuis la Belgique jusqu’au Cotentin. C’est la méthode Sarkozy, qui a réussi au moins à plaire à un député du coin, c’est à dire Jack LANG lui-même(tiens, tiens !);

 

Tag(s) : #Editorial

Partager cet article

Repost 0