Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 
Lu sur https://www.humanite.fr/editorial-la-bourse-ou-la-vie-691379
 
Mercredi, 8 Juillet, 2020

Éditorial. La bourse ou la vie

L'éditorial de Maud Vergnol. Parmi les profiteurs de la crise, l’un se distingue comme le champion toutes catégories : Paul Hudson, PDG de Sanofi, et son projet « Play to win » (oui, oui, vous avez bien lu « Jouer pour gagner »), qui consiste à licencier 1 700 personnes

 

Du sang et des larmes. Voilà ce à quoi nous prépare le nouveau ­gouvernement, en ordre de bataille pour nous faire avaler l’amère ­potion post-Covid, catalyseur d’une crise économique qui avait débuté bien avant l’épidémie. « Récession ­historique », « risque de 2 millions de chômeurs supplémentaires »… derrière les chiffres qui claquent, des visages défaits, des avenirs compromis, des familles paniquées. Pas un jour ne passe sans l’annonce de réduction d’activité, de fermetures de sites et leurs lots de licenciements. Un paysage idéal pour les nouveaux bandits de grand chemin et leur chantage à l’emploi (« accords de performance » dans le jargon).

Parmi les profiteurs de la crise, l’un se distingue comme le champion toutes catégories : Paul Hudson, PDG de Sanofi, et son projet « Play to win » (oui, oui, vous avez bien lu « Jouer pour gagner »), qui consiste à licencier 1 700 personnes, dont 1 000 dans l’Hexagone, alors que son entreprise vient de verser, fin mai, 4 milliards d’euros à ses ­actionnaires, une somme rondelette qu’ils doivent en grande partie aux remboursements de la Sécurité ­sociale. Cerise sur le gâteau, le géant pharmaceutique a bénéficié de 1,5 milliard ­d’euros d’aides ­publiques depuis dix ans. Loin de siffler la fin de la récréation, c’est chez Sanofi qu’Emmanuel Macron avait fait le déplacement pour annoncer un nouveau jackpot de 200 millions d’euros pour aider ­l’industrie ­pharmaceutique.

Aussi caricatural et emblématique soit-il, le cas Sanofi est loin d’être une exception. Comme nous le ­démontrons aujourd’hui dans nos colonnes, bien d’autres groupes ­saisissent l’aubaine de la crise sanitaire pour licencier à tour de bras en dépit de juteux profits ou des deniers publics qu’ils encaissent. Autant d’argent qui ne servira pas aux PME/TPE qui, elles, vont payer la crise au prix fort. En avril, Bruno Le Maire avait appelé du bout des lèvres les entreprises à « modérer leurs dividendes ». On sait ce qu’il en fut. Encore un petit effort, ­Monsieur le ministre de la Relance… 

Par Maud Vergnol
Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :