Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je ne résiste pas à l'envie de vous faire partager cet édito de P. Ascaride (Théâtre 71) présentant la saison 2007-2008...

Ayant vécu sous Pétain, grandi sous Vincent “Tauriol”, étant allé avec mon école, agiter, place Castellane à Marseille, un petit drapeau lors d’une visite du Président René Coty, ayant aperçu De Gaulle qui quittait la gare Saint Charles sous les huées des dockers, n’ayant jamais croisé ni Pompidou, ni Giscard, mais ayant été assis au théâtre à côté de Claude Pompidou et ayant fait la fête à Tahiti avec un gendre à Giscard, ayant croisé, par contre, en 80, Mitterrand au bras de Rocard sur la place du Forum à Arles, (lors d’un mariage mondain du Monde), m’étant mêlé à une conversation du Maire de Paris – le fameux J. C. – avec des commerçants, un jour au Forum des Halles, alors que j’étais allé m’acheter un bouquin à la FNAC, je pourrais dire imitant Apollinaire:
Comme la vie est lente
Mais comme l’espérance est violente.
Les présidents s’en vont,
Je demeure…

Le 10 juin 2005, nous (Ascaride, Derry, Letellier, Martinelli, Meyer et Sobel), six directeurs de théâtres altoséquanais, fûmes convoqués par le nouveau Président du Conseil Général 92, Nicolas Sarkozy, pour nous entendre dire qu’il était très attentif à nos travaux, bienveillant à notre endroit et que ce n’est pas forcément celui qui subventionne qui décide.
Nous étions contents.
En effet, anonymement, depuis quelques mois, des bruits inquiétants, partis du Conseil Général, circulaient: «Attention à la catastrophe! Méfiez-vous, il veut tout casser!» etc… Dans l’atmosphère un peu tendue de ce début de déjeuner, je me risquais à un: «Nous sommes heureux de vous entendre surtout que certains…» Je ne pus terminer, le Président me coupa sèchement d’un: «Evidemment, si vous croyez tout ce qu’on vous dit à Malakoff!» J’étais habillé pour l’hiver mais il m’avait percé à jour au premier regard. En effet, je crois.
Pas en Dieu (mais qu’y puis-je?). Mais je CROIS :
Je crois qu’on est plus intelligent à plusieurs que tout seul.
Je crois que l’on peut travailler mieux si l’on se sent utile et pas pressuré.
Je crois que l’on peut avoir d’autres ambitions dans la vie que l’augmentation du CAC 40.
Je crois que rien n’empêchera ceux qui meurent de faim d’essayer de traverser les mers.
Je crois qu’on respirera mieux quand les beaufs de TF1 vendront des voitures d’occasion.
Je crois que le théâtre est le lieu de la cité où l’impossible est encore à l’ordre du jour.
Cette saison est comme une réponse à toutes mes «vieilles» croyances surtout que, dans cette campagne électorale, les candidats ne se sont pas particulièrement défoncés pour les arts et les artistes et qu’il nous faut, artistes et public, compter sur nos propres forces.
Mais confiance, chacun peut dire: «J’ai tous les talents!»
Et pour terminer une vieille chanson des années 71 (1871, of course)
Tout ça n’empêche pas, Nicolas
Qu’la Commune n’est pas morte
Tout ça n’empêche pas, Nicolas
Qu’la Commune n’est pas mooorte

Pierre Ascaride | 22 mai 2007
*Arthur Rimbaud “Une saison en enfer”

http://www.theatre71.com/

Tag(s) : #Niouzes diverses

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :