Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retraites 2010 Autocollants

Le 23 novembre

 

Porte de Versailles - A partir de 8 H 00

A l’occasion du Congrès de l’Association des Maires de France

(et de la possible venue de Sarkozy)

 

Sarko entends-tu ?

 

De la réforme des retraites à celle des collectivités locales, en passant par la loi de financement de la Sécurité Sociale, et bien d’autres encore, Sarkozy et le patronat persistent dans leur marche en avant pour la casse des conquêtes sociales issues du programme du Conseil national des la Résistance. Ces avancées sociales découlaient d’une nécessité pour la population. Et c’est toujours le cas aujourd’hui pour le bien-être de la population et un développement harmonieux des territoires, et pour les générations à venir.

 

64% des personnes interrogées (sondage Harris Interactive pour Europe 1 du 15 novembre 2010) ne font « pas confiance » au nouveau gouvernement Fillon nommé dimanche 14 novembre. Ils sont 89% à penser qu’il va poursuivre la politique qui a été menée depuis l’élection de Nicolas Sarkozy.

 

Des millions de salarié-e-s, de privés d’emploi, de retraité-e-s, de jeunes ont manifesté leur mécontentement durant ces derniers mois contre la réforme des retraites. Les agents des services publics territoriaux ont largement pris leur part dans ce mouvement. Avec l’ensemble des professions et territoires en lutte, ils ont contribué au rejet massif par la population du projet du gouvernement et du Medef.

 

Concernant la loi de réforme des Collectivités locales, ce sont 167 sénateurs qui ont voté pour le compromis Assemblée-Sénat élaboré en commission mixte paritaire, alors que la majorité absolue requise était de 166 voix. 163 ont voté contre et 9 se sont abstenus. C'est la plus faible majorité obtenue par un texte au Sénat depuis l'élection de Nicolas Sarkozy !

 

De même que la Révision générale des politiques publiques pour la Fonction publique de l’Etat, et la réduction des moyens pour la Fonction publique hospitalière, cette réforme vise en premier lieu les dépenses publiques locales. Or, les attentes des populations et des agents de la Fonction publique sont, à l’inverse de la logique libérale menée par Sarkozy et ses ministres, pour plus et mieux de services publics, plus de missions publiques mises en œuvre par des fonctionnaires formés et qualifiés.

 

Après avoir méprisé l’avis majoritaire des salariés pour une réforme des retraites plus juste en promulguant une loi contestée, le Président de la République et son Premier Ministre persistent et signent en poursuivant leur réforme des collectivités locales, elle-même fortement contestée jusque dans leurs propres rangs.

 

Dans ce contexte de remise en cause du pacte républicain, les exécutifs locaux ont une responsabilité historique.

 

Ministre persistent et signent en poursuivant leur réforme des collectivités locales, elle-même fortement contestée jusque dans leurs propres rangs.

 

Dans ce contexte de remise en cause du pacte républicain, les exécutifs locaux ont une responsabilité historique.

 

Qu’il s’agisse des communes, intercommunalités, régions,  départements, si des élus locaux ont manifesté leur désaccord sur la réforme territoriale, il n’en reste pas moins qu’on assiste de plus en plus à des votes de budgets en régression dans les collectivités, qui pour beaucoup anticipent la mise en œuvre de la réforme. Les conséquences sont des délégations de services publics au bénéfice du secteur privé, des non remplacements de départs à la retraite, des baisses de moyens pour assurer les missions.

 

Une gestion locale progressiste ne peut se traduire par le choix mortifère entre augmentation de la pression fiscale et réduction des moyens consacrés au service et à l’emploi public.

 

Dans le cadre du vote des budgets 2011, la désobéissance républicaine reste nécessaire. Les collectivités doivent refuser le diktat du gouvernement et du patronat. Pour cela, les exécutifs doivent voter des budgets de combat et de progrès social garantissant la pérennité des missions et de l’emploi publics, y compris si cela se traduit par le vote de budgets en déséquilibre. La CGT Services publics est prête à prendre toute sa part dans les batailles citoyennes qui en découleront.

 

Le gouvernement et ses représentants préfectoraux doivent être ainsi placés devant leurs contradictions : c’est bien sur eux et non sur les élus locaux, les populations et les personnels que doit peser la responsabilité des conséquences sur le service public local de la réforme territoriale et de son pendant financier.

 

La CGT est déterminée à poursuivre la bataille pour la retraite mais aussi pour l’emploi, les salaires, la protection sociale, les services publics, la politique industrielle, la justice sociale…

 

Le profond sentiment d’injustice ressenti par une très large majorité de la population ne peut que perdurer et être porteur de luttes sociales et de victoire futures !

 

Pour le maintien et le développement des services publics locaux

Participons nombreuses et nombreux aux différents rassemblements

 

Trois initiatives sont prévues,  le 23 novembre, par la CGT

 

·         matin: rassemblement aux congrès des Maires à la porte de Versailles  (ci dessus  le texte du tract qui sera distribué par la CGT Services Publics)

 

·         midi: 12h-14h parcours Opéra- la Bourse puis chaine humaine autour de la Bourse  organisée par  la CGT, la FSU, la CFDT, Solidaires et l'UNSA        

 

RV 12h place du 11 novembre

 

·         fin d'après-midi  manif dans Malakoff: "retraite" aux flambeaux        

 

 RV 18h place du 11 novembre

 

 

Tag(s) : #Annonces et compte-rendus de réunions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :