Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lu sur http://younnecloe.info/  (blog de voyageurs faisant actuellement le tour du monde)     drapeauIran.jpg 

 




Elle s'appelle Vénus, elle a 34 ans. Elle vit à Téhéran et elle milite activement pour l'égalité des droits entre les hommes et les femmes au sein d'une organisation intitulée "one million signatures campain".

 

       " En Iran, explique-t-elle, nous avons des lois qui nous viennent directement de l'Islam. Ces lois ne considèrent pas les hommes et les femmes sur le même pied d'égalité. Le but de la campagne pour laquelle je milite est des changer ces lois."

 

        La "one million signatures campain" a été impulsée il y a deux ans par Shirin Ebadi, une avocate iranienne qui a obtenu le prix Nobel de la paix en 2003 pour ses actions en faveur des droits de l'Homme et de la démocratie. En 2009, cette organisation a reçu le prix Simone de Beauvoir pour ses actions en faveur de la liberté de la femme. Son but est d'obtenir le million de signatures qui lui permettra d'être reconnue par la cour internationale des droits de l'Homme afin d'exercer une pression sur le gouvernement iranien en vue de changer les lois sexistes qui régissent le pays.

 

       L'obligation du port du hijab (le voile) n'est qu'un exemple parmi tant d'autres pour illustrer ces lois discriminantes.

       "En Iran, les droits concernant le mariage, les droits à l'héritage ou à l'adoption différent selon ton sexe." continue Vénus.

 

        La première victoire des militant(e)s de cette campagne fut la reconnaissance par les tribunaux de l'égalité des compensations financières en cas de décès. Il y a deux ans à peine, en cas de décès ou d'invalidité, l'indemnisation versée aux familles des victimes était deux fois moins importante si celle ci était une femme. En d'autres termes, la vie d'un homme valait deux fois plus que celle d'une femme au regard de la loi. Aujourd'hui, cette loi n'est plus appliquée. Cependant, il reste de nombreuses injustices.

 

        En cas de décès d'un père de famille par exemple, sa femme ne perçoit qu'un huitième de son héritage, le reste étant distribué aux enfants de la sorte: 2 parts pour les fils, une part pour les filles.

       L'obtention de la nationalité iranienne est également une affaire de genres: " Quand un homme se marie avec une étrangère, sa femme obtient immédiatement la nationalité iranienne. Par contre, si une iranienne se marie avec un étranger, ni son mari ni ses enfants ne peuvent prétendre à la nationalité iranienne."

       Plus incroyable encore, l'âge légal pour les peines d'emprisonnement est, toujours selon la loi islamique, de 9 ans pour les femmes et de 15 ans pour les hommes!

       Par ailleurs, dans de nombreuses situations, une femme ne peut pas disposer d'elle-même comme elle l'entend. Les femmes sont habituellement considérées comme incapables de distinguer le bien du mal par elles-mêmes, c'est pourquoi elles ont besoin de l'autorisation de leur père, puis de leur mari, pour sortir du territoire ou pour travailler par exemple. Pourtant, si elles commettent un délit, elles seront jugées comme un homme adulte. Une femme de 40 ans doit donc avoir l'autorisation de son mari pour quitter le pays; par contre, une fillette de 9 ans risque une peine de prison a perpétuité, voir la peine de mort si elle tue quelqu'un par accident.

        " En fait, en Iran, une femme ne vaut que la moitié d'un homme sauf en ce qui concerne la prison, la torture ou la peine de mort pour lesquelles elle vaut généralement le double!" résume Vénus en riant.

       En effet, aujourd'hui encore, devant les tribunaux iraniens, le témoignage d'un homme vaut deux témoignages de femmes.

 

       "C'est contre toutes ces inégalités que nous nous battons." poursuit Vénus. " Bien sûr nos actions sont illégales, c'est pourquoi nous devons faire très attention. Le gouvernement déploie beaucoup d'énergie pour nous empêcher d'agir et la plupart de mes amis sont en prison à cause de leurs activités politiques. Moi-même, j'ai déjà été emprisonnée il y a quelques années."

       " Il faut dire que les choses se sont vraiment empirées depuis la réélection d'Ahmadinejad, en juin 2009. La censure est plus forte et les répressions beaucoup plus sévères, surtout depuis que le mouvement a pris de l'ampleur et a fait parler de lui a l'étranger. L'objectif du million de signatures n'a pas encore été atteint; cependant, nous avons prouve au gouvernement que nous pouvions changer les choses. Nous sommes donc désormais considérées comme de dangereux opposants au régime."

        "Ceci dit, le plus important pour nous, ca n'est pas d'obtenir à tous prix ce million de signatures. Ce que nous voulons surtout, c'est informer les gens; leur expliquer en quoi les lois sont inégales et leur faire comprendre que nous devons et que nous pouvons faire changer ces lois. Pour cela, tous les militant(e)s de cette campagne communiquent au maximum autour d'eux, dans la rue, dans les parcs, dans les universités... Et si les gens sont d'accords, nous leur faisons signer notre pétition."

 

       Le texte de cette pétition est le suivant:

       "Saviez-vous que 60% des étudiants iraniens sont des femmes et que la plupart des lois de notre pays sont injustes envers celles-ci? Sans aucun doute, les femmes sont au plus bas de l'échelle sociale iranienne et elles sont nombreuses a souffrir de cette situation. D'ailleurs, elles ne sont pas les seules car les hommes sont aussi victimes de cette législation sexiste.

        Saviez vous également que l'Iran a signe de nombreux traite concernant les droits de l'Homme qui ne sont toujours pas respectes?

       Les signataires de cette pétition demandent: d'une part l'application effective des traités signés; de l'autre, le changement de certaines lois pour parvenir à un statut d'égalité entre les hommes et les femmes."

 

       Les idées des militant(e)s de "one million signatures campain" vont donc bien au-delà de celles prônées par "le Mouvement vert", parti d'opposition du régime actuel dont les leaders sont Hossein Moussavi (candidat perdant aux dernières élections) et Mehdi Karroubi.

 

       Les 5 principales revendications du mouvement vert sont:

 
         - le rétablissement de la liberté d'expression        
         - le droit à la formation d'association

         - le droit à la manifestation
         - l'abolition de la peine de mort et de la torture

         - la libération des prisonniers politiques.

 

       "Nous pensons que ce programme n'est pas suffisant. C'est pourquoi nous souhaitons y ajouter 5 points supplémentaires:

 

       L'égalité des droits homme/ femme devant les tribunaux.

         - la liberté de s'habiller comme on l'entend (abolition de l'obligation du port du hijab) et la liberté de choisir notre mari ou partenaire(s) sexuels.

         - la reconnaissance du statut de femme battue (car selon la loi actuelle, une femme appartient à son mari qui peut disposer d'elle comme bon lui semble. Il ne peut donc être poursuivi pour violences envers sa propre épouse.)

         - la séparation de l'islam et de l'État

         - le jugement rétrospectif des personnes ayant commis des crimes non-punis envers des femmes.

           

       Pour bien comprendre les revendications du mouvement vert et ce en quoi il s'oppose au mouvement d'Ahmadinejad, il semble nécessaire d'aborder ici l'histoire de la constitution iranienne.

       La constitution iranienne, inspirée par la déclaration universelle des droits de l'Homme a été établie en 1906. Après la révolution islamique, en 1979, cette constitution a été modifiée pour s'accorder avec la loi islamique. On y a ajoute entre autres des articles autorisant les lapidations a mort, changeant l'âge légal du mariage ou modifiant les droits a l'héritage en défaveur des femmes. Cependant, même après le remaniement de la constitution, il n'apparait dans aucun texte de loi l'interdiction de manifester ou d'exprimer ses idées politiques en public.

       Le mouvement vert condamne donc le gouvernement actuel car il l'accuse tout simplement de ne pas respecter la constitution en vigueur.

 

       Pour les militants de "one million signatures campain", le strict respect de la loi est une première étape. Cependant, il est nécessaire d'aller plus loin. Vénus reste lucide quant au fait qu'il faudra beaucoup de temps pour faire évoluer les mentalités. Mais ce combat dit-elle "est devenu ma raison de vivre."

 

        "Le problème en Iran, ajoute-elle, c'est que la culture islamique est plus forte que les lois de la République. Et même si la plupart des iraniens ne se sentent pas concernes par toutes ces lois islamiques, ils n'osent pas s'émanciper car quand on rejette ouvertement l'islam, on devient "mortad", et on encoure des lors la peine de mort. C'est pour cela que nous devons être prudents avec les termes que nous employons dans notre programme. Nous disons que nous acceptons l'islam mais que nous refusons les lois ancestrales qui ne sont plus d'actualité aujourd'hui. Les temps ont changes et la République doit s'adapter à la conjoncture culturelle."

 

       En réalité, de nombreux iraniens s'accordent eux-mêmes le droit de transgresser les lois qu'ils trouvent injustes.

       "Dans certains milieux, les Iraniens vivent complètement en décalage avec ces lois périmées, continue Vénus. Moi par exemple, si je respectais la loi et les mœurs qu'on essaye de m'imposer, a mon âge, je serais mariée, j'aurais beaucoup d'enfants et je resterais à la maison toute la journée. Pourtant, j'ai étudie, je travaille comme ingénieur en informatique, j'ai un appartement dans lequel je vis seule depuis 15 ans et depuis mes 18 ans, je n'ai jamais demande à mon père l'autorisation de mener ma vie comme bon me semblait. Mais dans les campagnes ou les villes très religieuses comme celle de Mashad, une femme de mon âge ne peut pas envisager de travailler sans l'autorisation de son père.

 

       C'est pour ca que je pense que l'émancipation des femmes doit se faire par le haut. Je pense que la législation devrait se placer au-dessus des pratiques culturelles, ce qui n'est pas le cas dans mon pays aujourd'hui. Aujourd'hui, c'est triste a dire mais même le gouvernement ne respecte pas les lois puisqu'il tire à vue sur les manifestants au nom d'Allah..."

 

       Vénus pourrait, comme plus de 5 millions de ses compatriotes, aller s'installer à l'étranger pour fuir ce régime qu'elle juge absurde. "j'y serais peut être heureuse car bien sur, je préférerais vivre dans un pays ou l'on est libre de dire ce que l'on pense... Mais je me sens le devoir de rester ici et de me battre pour améliorer les conditions de vie de tous les Iraniens, quel que soit leur sexe."

 

       Le courage et la persévérance de Vénus, tout comme ceux de nombreux autres iraniens, nous prouve bien que la politique répressive d'Ahmadinejad ne suffit pas a museler ses opposants qui restent prêts à prendre des risques pour faire valoir leurs droits.

 

       Malheureusement, malgré l'optimisme que laisse entrevoir ces combats militants, tous les opposants au régime actuel s'accordent à dire qu'au vu de la complexité de la situation, il va falloir s'armer de patience. En effet, même si Ahmadinejad n'est pas assuré de finir son mandat, le mouvement vert, qui semble aujourd'hui la seule alternative possible, ne remet en cause ni la toute puissance des mollahs, ni l'absence d'égalité entre les sexes...

 

      Pour plus d'informations au sujet de cette campagne, vous pouvez consulter les sites web suivants:

http://www.campaignforequality.info/english/

http://www.sign4change.info

http://www.feministschool.com

http://www.we-change.org

http://www.campaignforequality.info

 

*** 

Le nouvel an iranien « NOROUZ », est le 21 mars.

En 2009, NOROUZ a été enregistré comme une fête internationale, née d’un héritage culturel millénaire par l'UNESCO au patrimoine culturel immatériel.

 Cette année, de nombreuses Associations célèbrent cette fête à travers le monde.

 Malakoff accueille cette initiative, dans le patio de l'Hôtel de Ville, sous forme d’une exposition de peintures.

Des artistes iraniens y exposent leurs travaux du lundi 22 au vendredi 26 mars.

 Au programme du Vendredi 26, salle des fêtes :

- à 19h - soirée accompagnée d'une dégustation des saveurs persanes,

- à 20h - un concert (gratuit *) de musique iranienne. Plusieurs musiciens interpréteront différents styles 

(*) pour s'assurer d'avoir une place, une réservation est nécessaire, en envoyant un mail à carnavaldenorouz@gmail.com .

 

Tag(s) : #Annonces et compte-rendus de réunions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :