Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

frontdegauchenouveau

Lu sur http://www.cerisesenligne.fr

Front de gauche : la douche froide

Après le score du Front de gauche et de Jean-Luc Mélenchon lors de la présidentielle (11,1 %), ce premier tour des législatives 2012 sera vécu comme un terrible échec, comme si la dynamique naissante, mais fragile, avait d’un coup suspendu son vol.

Est-ce à dire qu’elle n’a pas existé, cette dynamique ? On ne peut pas le croire, si l’on se remémore aussi bien les rassemblements auxquels elle a donné lieu que les discussions qu’elle a nourries, dans la plupart des milieux, et les thèmes qu’elle a imposés dans le débat public. Oui, cette campagne a eu lieu, et elle a signifié qu’il existe bel et bien, en France, un espace possible pour une gauche d’alternative sociale, écologique et démocratique. N’oublions pas, d’ailleurs, qu’un tel espace se remet aussi à exister dans bien d’autres pays de l’Union européenne. Nous verrons ce qu’il en sera en Grèce dimanche prochain, dans les circonstances dra matiques que l’on sait.

Cependant, quels ont été les messages du Front de gauche, ces dernières semaines ? Et d’abord, y a-t‐il eu un message du Front de gauche, une campagne nationale, pour ces législatives ? Chaque candidat a bien sûr tenté de tirer parti de la campagne qui venait d’avoir lieu (avec, peut-être, parfois, un excès de confiance ?). Mais nous en sommes sûrs maintenant, il n’y avait aucune automaticité entre la presidentielle et les législatives.

Force est de constater que les thèmes mis en avant pendant des mois, qui différenciaient nettement le Front de gauche du Parti socialiste sont passés au second plan ces dernières semaines, au profit de la course au rassemblement de “toute la gauche”. On en comprend bien sûr la logique : incarner le vote utile à gauche, pour mordre sur l’électorat socialiste. Sauf que la nécessité de voter Front de gauche risquait ainsi d’être gommée. En résumé : à quoi bon voter pour ces candidats-­‐là si d’autres promettent en définitive à peu près la même chose en prévoyant d’être le groupe efficace pour mettre en œuvre la politique du nouveau Président de la République ?

Dans le même sens, à Cerises, nous avions constaté dans nos dossiers récents que la question du sens général du vote Front de gauche était marginalisée, et que la question du rôle des élus n’était pour ainsi dire pas traitée, au profit de contenus très programmatiques, sur lesquels les différences sautent peu aux yeux des électeurs (même lorsqu’elles sont substantielles).

Enfin, avec la candidature de Jean-­‐Luc Mélenchon face à Marine Le Pen (qui avait bien sûr ses arguments), la campagne a aussi de fait été polarisée sur la lutte contre le Front national, au détriment du débat central qui a fait et qui peut faire la force du Front de gauche : l’alternative plutôt que l’alternance, une autre conception de la société plutôt que la gestion des effets sociaux des politiques libérales.

Après le succès de la présidentielle et l’échec de ses législatives, le Front de gauche est au pied du mur. Il doit se transformer en profondeur, s’ouvrir enfin à la participation directe des citoyens, se structurer dans la durée en engageant un travail d’aggiornamento idéologique qui fait trop défaut désormais pour qu’il puisse espérer continuer tel qu’il est. Surtout, il doit enfin aborder les questions éludées de la conception de la politique : une dynamique citoyenne ne pourra s’enraciner qu’en renouvelant en profondeur les formes et le fond de la politique... au-delà des apparences.

Gilles Alfonsi, 11 juin 2012

Tag(s) : #Débats

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :