Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alternativecitoyenne2.JPG

Claire Villiers non réélue en raison de pratiques partisanes indignes

 

Lors de la manifestation syndicale du mardi 23 de nombreux camarades rencontrés se sont montrés interloqués en apprenant que Claire Villiers n’était pas réélue au Conseil Régional. Il faut dire qu’il y a vraiment de quoi.

 

En effet Claire Villiers a été une figure motrice de ces militants syndicaux et associatifs qui ont voulu réagir au 21 avril en cassant la césure entre la politique et ce que l’on a coutume d’appeler la société civile. Choisie comme tête de file de l’Alternative Citoyenne, elle a alors  conduit en duo avec Marie-Georges Buffet la campagne de la Gauche populaire et Citoyenne aux régionales de 2004 avec en point d’orgue un meeting mémorable au Zénith

 

Dans sa responsabilité de vice-présidente à la démocratie régionale elle n’a eu de cesse à innover et à mettre  en place des outils nouveaux pour favoriser la vie associative et l’intervention citoyenne. Une des dernières initiatives de campagne le 9 mars à Nanterre portait justement sur le bilan de ce qui avait pu être fait, sur les difficultés révélées au cours de cette première mandature et  des pistes de travail pour la suite car dans l’esprit de Claire comme de l’ensemble des participants il fallait une suite à ce qui avait été engagé. Il faut ajouter que de l’avis général le fonctionnement du groupe CACR élargi au PG sur la fin présidé par Gabriel Massou a été très positif grâce à l’esprit de camaraderie et de volonté constructive partagée.

 

Il avait bien entendu déjà été très décevant de ne pas voir Claire Villiers tête de liste dans le 92 comme la fédération des Hauts-de-Seine du Parti  Communiste en avait fait la proposition par suite des accords généraux passés entre le Parti Communiste et le Parti de Gauche. Pour autant Claire Villiers avait le statut de porte parole de l’Alternative Citoyenne qui la conduisait à être une sorte de « huitième » sur les photos au côtés des sept têtes de liste départementales.

 

Dans la description du décor de premier tour il faut enfin ajouter que les accords prévoyaient 4 élus issus d’Alternative Citoyenne sur 25 ou 3 sur 20 selon les diverses  hypothèses.

 

Personne ne pouvait donc imaginer que dans le grand chambardement entre les divers départements d’entre les deux tours,  incompréhensible pour le citoyen mais ceci est un autre débat, Claire Villiers ne serait pas en position éligible assurée.  De fait lorsque au bout d’une journée de négociation le lundi soir François Labroille et Claire Villiers sont partir dormir, cette position éligible était bien effective. Mais le mardi matin Jean-Paul Huchon, Cécile Duflot et Pierre Laurent annoncent en conférence de presse que l’accord est conclu et à son examen on découvre que Claire Villiers a été déclassée en place dite charnière  (en 31ème position à Paris où il n’y eut d’ailleurs que 28 candidats de la liste élus). Durant la nuit, le PS a exigé de récupérer la place antérieurement attribuée à Claire Villiers. Face à l’intransigeance du PS , en position de force après les résultats du premier tour, il fallait donc que le PC ou le PG acceptent d’intervertir une de leur candidate féminine en position éligible assurée avec Claire Villiers. Aucun des deux ne l’a  accepté, privilégiant un intérêt étroitement partisan au respect des accords de premier tour et au respect des personnes.

 

Néanmoins Claire Villiers aura rempli son, rôle jusqu’au bout en intervenant au Zénith par son adresse admirable aux abstentionnistes.

 

Avec l’élimination conjointe de Tarek Ben Hiba, Bénédicte Bauret  ou Malika Zediri on aboutit finalement à une régression par rapport à l’ouverture du groupe précédent vers le mouvement social.

 

Voir Claire Villiers (Alternative Citoyenne) au Zénith: adresse aux abstentionnistes

Tag(s) : #Débats

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :