Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ps_logo.jpg

Une dépense de 3 à 4 millions d’€ bruts (en net, cela dépendra du nombre de participants, à 1€ par tête ou plus) cela fait beaucoup pour départager des egos…

 

En effet, à part peut-être Arnaud Montebourg, mais son concept de « démondialisation » est d’un confusionnisme rare, car il y a beaucoup à « mondialiser » aujourd’hui[1], ils sont tous pour la même politique, celle qui s’aligne sur l’objectif d’atteindre à tout prix 3% de déficit public dès 2013, ce qui est aussi l’objectif des diverses droites, sarkozyste ou pas…

 

Ils ne sont donc pas sortis du tournant de 1983, qui les a vu abandonner le programme commun de la gauche pour respecter les canons, voire adhérer aux dogmes, de l’Europe libérale, avec en contrepartie une promesse d’Europe sociale que personne n’a jamais vu venir.

 

Ce que les Européens ont vu arriver par contre, c’est la financiarisation de l’économie par la dérégulation, portée sous Juppé-Balladur mais aussi sous Bérégovoy et Jospin, c’est la privatisation, la délocalisation, la casse du service public, la directive Bolkestein et au total le moins disant social, malgré quelques réalisations appréciées en France avec par exemple la loi SRU, les emplois jeunes et la baisse de la durée légale du travail.

 

De ce point de vue ce sont tous des bébés Delors, « l’Europe d’abord et le progrès social après, de surcroit ».

 

Depuis le déclenchement de la crise en 2008 on a vu le résultat, pourtant prédit depuis des années par certains économistes, certes minoritaires et peu audibles face au politiquement correct médiatique, qu’il soit de droite ou de gauche.

 

Il faut évidemment battre Sarkozy, qui constitue un paroxysme de tout ce qui précède, mais, au fond, que nous importe le fait que ce soit Martine Aubry ou François Hollande qui porte une politique qui ne rompra pas avec cette orientation profonde, à dominante sociale-libérale? Les Français sont un peuple très politique, ils ont compris cela, les couches populaires au premier chef, d’où tous les efforts faits par les médias, sondages douteux à l’appui, pour battre l’estrade autour du spectacle ainsi produit.

 

Pour l’essentiel, le premier débat a été ennuyeux, 5 millions de téléspectateurs sur FR2 contre 13 millions pour la « faute morale »  de Dominique Strauss-Kahn le dimanche d’après sur TF1, ce n’est pas terrible…au regard des enjeux d’une crise qui n’est pas finie et qui angoisse à juste titre nos concitoyens.

 

Casting 

Plus embêtant, cette opération a des aspects dangereux au sens où elle renforce la monarchie présidentielle à la française.

 

Faute d’enjeux politiques de fond entre candidats, palpables par la très grande majorité des citoyens, elle se transforme en une sorte de casting évènementiel[2], sur médiatisé, qui renforce la personnalisation des choix électoraux, ceci d’autant plus que, grâce à Jospin, les législatives sont dorénavant en quelque sorte « écrasées » par le choix présidentiel, d’un homme ou d’une femme sensé(e) tenir la barre  à lui(elle) tout(e) seul(e).

 

Alors que c’est impossible dans la société complexe où nous vivons. Sarkozy s’est essayé à tout piloter de l’Élysée, et, malgré son énergie, il a fait la démonstration magistrale de cette impossibilité : tout le monde le sait aujourd’hui, sur ce plan il a gagné le triple Z, amené qu’il est à détricoter des points très significatifs de « réformes » bâclées.

 

***

 

Foin donc de primaires superficielles à vocation médiatique mais de basse intensité politique, revenons aux débats sur les solutions portées par les forces citoyennes, en France et ailleurs!

 

En somme, soyons lucidement et courageusement de gauche,

 

-  en visant à réduire le poids économique des marchés financiers, et ainsi refuser la dictature du triple A ;

-   en affrontant les forces libérales et social-libérales au sein de l’Union européenne et de la zone euro, le poids relatif de notre pays le permet et nous ne serons pas seuls[3] ;

-    en rompant avec le modèle productiviste du capitalisme mondialisé, qui fait qu’au mois de septembre l’humanité a, approximativement, consommé les ressources offertes par la nature en un an ;

-    en réunissant une assemblée constituante dés l’année prochaine pour construire une république parlementaire, décentralisée et participative.

 

Ce sont là des points cardinaux du programme populaire partagé, proposé par le Front de gauche : « Ce que nous voulons : l’humain d’abord ».

 

Voir  http://www.frontdegauche.eu/

Et La course des petits chevaux

frontdegauchenouveau

[1] Notamment les « biens communs » de toute l’humanité : air, mer, ressource alimentaire, énergie, métaux rares, etc.

[2] Au début des années 60, le général de Gaulle, qui voyait souvent loin, avait paraît-il réagi, lorsqu’on lui avait proposé l’élection du président au suffrage universel, par la boutade suivante : « Avec ça vous allez faire élire Léon Zitrone ». On notera qu’avec Hulot, on n’en est pas passé loin. Merci à la gauche écolo de nous avoir évité cela.

 

[3] Que disent d’autre les « indignés » de tout poil ? Par ailleurs les pays émergents, qui sont nos créanciers, n’ont pas intérêt à ce que nous coulions économiquement.

Tag(s) : #Débats

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :