Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suite à une question qui m’a été posée ce matin lors d’une distribution de tracts sur le marché de Malakoff par quelqu’un exerçant une profession libérale, il me paraît utile de préciser que c’est le libéralisme économique, et pas le principe d’organisation des professions libérales, que nous combattons par notre antilibéralisme.  

Cette théorie repose fondamentalement sur l’idée que la prospérité et l’intérêt commun seront d’autant mieux assurés que le marché de l’offre et de la demande jouera librement, l’Etat ayant seulement à s’assurer que ces mécanismes fonctionnent pleinement. C’est la fameuse " main invisible du marché ".  

On a quelquefois l’impression aujourd’hui qu’hors du libéralisme n’existe pas de salut.  

 

La réalité nationale, européenne et internationale montre que le monde ne fonctionne pas comme le décrivent les théories libérales. Tout le monde peut le constater. Le libéralisme, y compris dans ses derniers avatars, reste la " liberté du renard libre dans le poulailler libre ".  

Les pays du tiers-monde qui s’en sont  le mieux sortis, en Asie notamment (Taiwan, Corée du sud, Thaïlande, Inde et Chine), sont ceux qui n’ont pas suivi les conseils inspirés par le libéralisme via la Banque Mondiale ou le FMI. Les pays d’Amérique latine qui les ont suivis en sont revenus (Chili par exemple). L’Afrique, qui par contre est restée longtemps engluée dans ces principes (politique de l'ajustement structurel), a pris beaucoup de retard dans le décollage économique et social.  

En Europe même, ce sont les pays nordiques, où l’intervention étatique est très forte, qui s’en sortent le mieux si l’on tient compte de tous les indicateurs, et pas seulement du taux de chômage BIT, mais aussi des inégalités sociales…notamment du taux de pauvreté.

Ceci démontre que, sans se refermer sur lui-même, chaque pays ou ensemble de pays ne doit pas aller chercher ailleurs son modèle.

 

 

 

 Nous ne rejetons donc pas le marché de manière absolue, mais nous voulons qu’il soit fermement encadré et régulé, selon le contexte spécifique qui est celui de la France et de l’Europe.  

Ceci n’a évidemment que peu à voir avec les professions libérales…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Débats

Partager cet article

Repost 0