Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NOUS  SOUTENONS  LA CANDIDATURE DE MARIE-HELENE AMIABLE ET CATHERINE MARGATE AUX ELECTIONS LEGISLATIVES

 

C’est un habile démagogue qui vient de prendre le pouvoir présidentiel. Totalement lié aux puissances de l’argent, ami des plus grands capitalistes possesseurs des groupes de presse, son programme vise à satisfaire toujours plus les patrons en cassant les droits des travailleurs.

Et pourtant, il n’a pas hésité tout au long de sa campagne à se présenter comme celui qui a pour première ambition de réhabiliter le travail !

 La défense du travail par Nicolas Sarkozy : une imposture

 

 La carrière politique de Nicolas Sarkozy est depuis son début totalement liée aux privilégiés : à ceux qui vivent du capital qui leur rapporte pendant leur sommeil et non à « ceux qui se lèvent tôt ». Ainsi Sarkozy veut encore baisser les impôts des détenteurs de gros patrimoines financiers en actions ou obligations dont le « travail » consiste à gérer au mieux leur portefeuille.

Une mesure phare annoncée par Nicolas Sarkozy est en effet l’abaissement de 60%  à 50% du « bouclier fiscal » c’est-à-dire de la règle selon laquelle les impôts payés ne doivent pas dépasser un certain pourcentage des revenus. Etes-vous dans ce cas ? Connaissez-vous quelqu’un dans votre entourage de concerné ? Non - car un tel niveau d’imposition ne concerne pas les personnes dont les revenus proviennent uniquement du travail. Il ne concerne pas plus les salariés, professions libérales, commerçants ou artisans qui ont pu épargner et placer leur épargne.  Ce niveau d’imposition ne concerne que les détenteurs de gros patrimoines qui profitent à plein de la spéculation boursière.

Tout le monde se souvient du scandale de ces entreprises dont le cours de l’action au CAC 40  s’envole à l’annonce d’un plan de licenciements : ainsi Sarkozy s’apprête à favoriser encore plus ceux qui s’enrichissent de la destruction d’emplois! 

           Sarkozy prétend réhabiliter le travail par la mesure apparemment simple qu’il faut travailler plus pour gagner plus. Mais à qui s’adresse cette idée « de bon sens » ? Aux salariés, en majorité des femmes, qui travaillent à temps partiel non par choix, mais de façon imposée par l’employeur ? A ceux qui sont victimes du chômage suite à des licenciements ?A ceux qui sont épuisés à la fin de leur journée de travail et qui devraient faire des heures supplémentaires pour « mériter » un salaire décent ? 

 

             Monsieur Sarkozy n’a-t-il jamais lu  aucune étude sur le stress et l’épuisement au travail ? Monsieur Sarkozy, qui aime tant citer les réussites étrangères, ne sait-il pas que c’est en France que la productivité du travail est la plus élevée. Ignorerait-il aussi qu’en réalité la durée moyenne hebdomadaire effective de travail en France est tout à fait dans la moyenne de l’Union Européenne ? On peut dire qu’il atteint dans cette polémique sur la durée du travail le comble de la mauvaise foi.


La résistance à Sarkozy passe par une gauche combative

 

 

         Derrière cette démagogie dans le discours se profilent des politiques brutales et concrètes de démantèlement   de notre système de libertés et de protection sociale  acquis au prix de nombreuses luttes :  contrat de travail précarisé, prestations de sécurité sociale réduites au minimum, hôpitaux et services publics privés de moyens de fonctionnement, nouvel allongement de l’âge de la retraite, réduction du droit de grève, expulsions d’enfants et de leur famille dans des conditions inhumaines…

 

 Sur tous les terrains, il va falloir résister, pied à pied. C’est pourquoi l’enjeu des élections législatives est d’une très grande importance. C’est de la majorité à l ‘Assemblée Nationale que va dépendre l’orientation du gouvernement.  Il n’est pas fatal que Nicolas Sarkozy dispose d’une large majorité totalement à sa botte ! Il faut  reprendre de toute urgence l’offensive et se rassembler .

 Pour cela nous voulons une gauche claire dans ses objectifs :

-                une gauche qui refuse sans faux-fuyants la « concurrence libre et non faussée » comme principe fondamental de notre société, comme l’ont fait la majorité des Français en rejetant le projet de Constitution européenne il y a 2 ans

              - une gauche qui donne la priorité, non aux  exigences de ceux qui sont déjà des privilégiés  mais à la satisfaction des besoins du plus grand nombre grâce à un partage équitable des richesses, à une fiscalité plus juste et à une relance des services publics notamment en matière de santé et d’éducation

 

- une gauche qui développe la démocratie sous toutes ses formes et fasse de la France un Etat engagé dans la voie de la paix et du désarmement 

– une gauche qui n’exclue pas a priori de prendre des responsabilités à tous les niveaux, national aussi bien que local, mais refuse toute compromission avec le centre dont les orientations sont fondamentalement les mêmes que celles de la droite.

 

 

Dans cette perspective, c’est pour nous Marie-Hélène Amiable qui est la mieux qualifiée pour mener une bataille ferme et sans concessions contre l’offensive qui s’annonce, et pour défendre les intérêts de la population de Malakoff, Bagneux et Montrouge, comme elle l’a déjà fait avec Catherine Margaté. C’est autour de ces candidatures que doit se créer le rassemblement pour battre la droite aux législatives, point d’appui nécessaire au développement de la résistance !


 

Joël Allain,

Gérard Badéyan

Jacqueline Belhomme

Lionel et Michelle Bétous

Nicole Bouexel          

Dominique Cardot

Patricia Chalumeau

Alain et Aline Crouzet

Aline Délepine

Colette Estève

Joëlle Fontaine  

 Didier Goutner

Geneviève Guillon

Daniel Houël

Pierre-François Koechlin

Michel Mavro

Thierry Notredame

                Jean-Pierre Renaudat

Maurice Rosen

Marielle Topelet

Claudine Thomas

Claude Pillet


 

Le blog du collectif : http://malakoffantilberalunitaire.over-blog.org
Tag(s) : #Tracts, déclarations et pétitions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :