Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Le Conseil Départemental de la Fédération des Hauts-de-Seine du PCF avait mandaté son exécutif départemental dans le but de : « poursuivre l’exploration afin de créer les conditions d’un processus unitaire et antilibéral le plus large possible en vue des législatives dans le département ».

 

Le Conseil Départemental réuni le 21 février avait en effet considéré que :

 

 

 

  • L’impossibilité d’aboutir à une candidature commune antilibérale aux élections présidentielles ne nous conduit pas à abandonner nos efforts pour rassembler et faire vivre à gauche une nouvelle majorité combative, courageuse, de responsabilité. Cela passe par la recherche la plus large de candidatures communes permettant de porter ce rassemblement au Parlement.

     

 

 

  • Que cette démarche ne peut se résumer à une seule circonscription. En effet, partout où cela a été possible, cette démarche se poursuit dans notre département avec des femmes et des hommes engagés dans les collectifs unitaires.

     

 

 

  • Que si ce processus se concrétisait, il pourrait être synonyme d’une véritable dynamique pour les élections législatives.

     

 

 

  • Que la reprise ou l’élargissement du processus de rassemblement pour les législatives ne pouvait intervenir que dans le cadre d’un accord politique départemental précis, celui-ci devant notamment préciser :

     

 

 

1.     Qu’il s’engage sur la démarche stratégique décidée ensemble le 1O septembre dernier à Saint Denis.

 

2.     Et sur le programme et les 131 propositions anti-libérales.

 

3.     Qu’un-e seul-e candidat-e du rassemblement ne peut être présent-e dans chaque circonscription, étant acquis que, là où nous sommes sortants, ce choix sera respecté et soutenu.

 

4.     Que le ou la candidat-e s’engage, lors du dépôt de candidature en Préfecture, à déclarer son rattachement administratif au Parti Communiste Français. C’est en effet le nombre de voix obtenues par les formations politiques qui détermine l’attribution de l’aide publique.

 

5.     Qu’un seul groupe existera à l’Assemblée Nationale.

 

 

 

C’est dans cet esprit d’exploration qu’une délégation de notre parti a participé à la rencontre du 20 mars. L’exigence de construire à cette occasion des candidatures à parité a également été soulevée par notre délégation.

 

 

 

Lors de cette rencontre, deux points ont rapidement fait consensus : l’engagement sur la démarche stratégique et les 131 propositions du programme antilibéral.

 

Un point a fait débat, celui de l’appellation « commune » de la candidature antilibérale dans chaque circonscription ; une forme particulière de soutien devant être envisagée pour les « sortants » communistes ayant pour vocation de rassembler l’ensemble de la Gauche au 2ème tour. 

 

La constitution d’un même groupe à l’Assemblée a semblé admise.

 

Il a été admis que la dénomination des candidatures est une question distincte de la question du « rattachement administratif » de la candidature qui déclenche l’octroi de l’aide publique. C’est sur ce point que le débat a été le plus long.

 

 

 

Le parti communiste a précisé qu’il mettait à disposition son « association de financement » et était disposé à envisager un accord de compensation financière auprès de candidat-e non membre du parti.

 

L’idée de rattachement à une autre association de financement (SEGA ou GR) a été avancée.

 

Concernant les candidatures, aucun accord n’a été conclu.

 

Seul un balayage de possibilités de candidatures donnant à voir le rassemblement a été réalisé, il s’agit notamment :

 

 

 

Sur Asnières/Colombes : Claire Villiers précisant que les communistes d’Asnières ont choisi cette candidature mais que ceux de Colombes n’ont pas été consultés.

 

 

 

Sur Antony/ Châtenay/Bourg la Reine/Sceaux  : le nom de Dominique Fié (Mars-GR) a été avancé, précision a été faite que les communistes n’avaient pas été consultés.

 

 

 

Sur Clamart/Châtillon/Le Plessis/Fontenay-aux-Roses : le nom de Francine Bavay a été évoqué, sachant que les communistes de ces 4 villes sont partagés sur cette proposition.

 

 

 

Sur Issy-les-Moulineaux/Vanves/Boulogne/Meudon  : les communistes en lien avec le collectif d’Issy envisageraient Lysiane Alezard.

 

 

 

Sur Meudon/ Chaville / Sèvres /Marnes la coquette / Vaucresson/ Ville d’Avray  : recherche de candidats agrées par les collectifs.

 

 

 

Sur Nanterre/Suresnes : Jacqueline Fraysse travaille à une étiquette de rassemblement large antilibéral, le choix du suppléant n’est pas acté.

 

 

 

Sur Sèvres/Chaville/Ville d’Avray : la discussion est ouverte.

 

 

 

Sur Levallois/Clichy : le PCF présente des candidats.

 

 

 

Garches/Rueil/Saint-Cloud : Camille Barré communiste et animatrice du réseau LGBT se présente, recherche d’un suppléant

 

 

 

Boulogne : Isabelle Goïtia se présente avec un militant issu du mouvement associatif comme suppléant.

 

 

 

Sur les 3 circonscriptions où un communiste est sortant : l’engagement formel de ne pas voir présenté un autre candidat antilibéral a été renouvelé, ainsi que son rattachement de candidature auprès de l’association de financement du PCF.

 

 

 

A l’issue de la rencontre, la délégation du PCF a, à nouveau, indiqué que les éléments de cette rencontre seraient soumis à ses instances : Comité Exécutif, Conseil Départemental et avis des communistes dans les circonscriptions.

 

 

 

 

 

 

 

  Brigitte Gonthier-Maurin (Dareau)

 

   secrétaire départementale du PCF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Annonces et compte-rendus de réunions

Partager cet article

Repost 0