Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Plus de 200 ans après qu’une révolte d’esclaves dans les Caraïbes eut déclenché un mouvement qui conduisit finalement à l’abolition de la traite négrière transatlantique, quelque 12 millions de personnes dans le monde travaillent encore sous la contrainte, dans le cadre du travail forcé, de l’esclavage ou de pratiques comparables.

Cette année, le Programme d’action spécial de l’OIT pour combattre le travail forcé commémore la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition le 23 août avec la publication d’une nouvelle série complète d’études de cas et de recommandations politiques sur le travail forcé et sur l’esclavage moderne dans le monde actuel.

Le livre intitulé Travail forcé: coercition et exploitation dans le secteur privé de l’économie s’appuie sur plus de six années de recherches et présente des études de cas d’Amérique latine, d’Asie du Sud, d’Afrique et d’Europe. Il développe les conclusions du Rapport global du BIT sur le travail forcé intitulé «Le coût de la coercition» publié en mai, proposant une connaissance approfondie des systèmes de recrutement frauduleux, de la servitude pour dette et d’autres formes de coercition, ainsi que d’inédites perspectives sur le droit, la politique et les statistiques.

 

Voir le résumé de ce rapport sur le site de l'OIT:

 

http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_norm/---declaration/documents/publication/wcms_112969.pdf  

 

 

Tag(s) : #Livres et documents

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :