Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Alors que les partis du traité de Lisbonne[1], UMP, NC, MODEM et PS en France ont pour le moment décidé de jouer la "gréve des urnes" aux élections européennes,

 

Lire sur http://www.frontdegauche.eu/images/stories/l-europe-vue-du-front/l-europe-vue-du-front-01.pdf

 

 

Barroso ou Juppé ?

Les socialistes européens ont décidé lors de leur campagne de mettre l’accent sur un slogan destiné, en ces temps de crise, à les dédouaner d’années de cogestion du Parlement et de la Commission avec la droite la plus libérale : « Non à la reconduction de Barroso comme Président de la Commission européenne. »

 

Or il se trouve que Le Premier ministre britannique, le travailliste Gordon Brown, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du gouvernement espagnol, le socialiste José Luis Zapatero, ont apporté à Barroso leur soutien explicite. De plus, Jacques Delors, président du Comité de soutien de Vincent Peillon dans le Sud Est lors de ces élections, à la question de savoir qui, dans le futur, pourrait prendre les rênes de la Commission, a répondu : "Je verrais bien des gens comme François Fillon ou Alain Juppé".

 

On voit bien que la manoeuvre de diversion en direction de l’électorat de gauche pour tenter de crédibiliser le vote socialiste et de faire oublier le soutien au traité de Lisbonne ne peut que lamentablement échouer.

 

De la difficulté du clientèlisme

A la veille du Congrès de la FNSEA, et à deux mois des élections, Sarkozy a reçu des responsables agricoles pour leur annoncer un plan d’accompagnement de 170 millions d’euros en 2010 pour accompagner la réforme de la PAC définie lors de sa présidence. Cette réception s’est faite en présence de Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et tête de liste UMP en Ile de France. Elle visait à répondre aux manifestations montées récemment par des céréaliers franciliens, principaux bénéficiaires des aides européennes, pour exprimer leur opposition au « Plan Barnier ».

 

Mais pour ne pas se fâcher avec d’autres catégories d’électeurs, notamment écologistes, Sarkozy a cru bon de rappeler en même temps son attachement à « une agriculture de production qui se développe par la recherche de la valeur ajoutée, des modes de production plus respectueux de notre environnement et par une organisation économique renforcée » ; ce qui ne veut strictement rien dire !

 

Pour vraiment changer de politque agricole, il faut d'abord rompre avec l'idéologie libérale et productiviste qui domine la Politique Agricole Commune et l'Union Européenne. Ce sont les propositions qui vont être faites par le Front de Gauche.

 

Quand le Parlement européen vote l'alignement sur l'OTAN

Le 19 février, dans une résolution sur « le rôle de l'OTAN dans l'architecture de sécurité de l'UE", les euro-députés affirmaient "qu'un consensus réel, global et démocratique entre l'Union européenne et l'OTAN est un aspect essentiel de la mise en oeuvre de cette stratégie, fondée sur un consensus sécuritaire entre l'Union européenne et les États-Unis d'Amérique". Le texte, qui revendique un « partenariat encore plus étroit » entre l'UE et l'Otan dans « des domaines tels que le terrorisme international (...), la criminalité organisée, les cybermenaces, la dégradation de l'environnement, les catastrophes naturelles et autres » a été adopté de justesse, notamment grâce aux voix du PSE[2], et en dépit la bataille livrée par la GUE[3] et notre ami Tobias Pflüger. Le Parlement européen en appelle aussi à un grand marché transatlantique à l'horizon 2015, dans une résolution du Parlement européen votée le 25 mars. Les députés européens français consultés dans leurs commissions respectives avaient voté pour (droite, verts, et sociaux-démocrates).

 



[1] =feu la constitution rejetée par les Français en 2005 ;

[2] Parti socialiste européen ;

[3] Gauche unie européenne ;

Tag(s) : #Débats

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :