Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Hourra ! Encore une preuve que la culture ne s’est pas avouée totalement vaincue par la connerie et le populisme 
!


Souvenez-vous : d’abord comme ministre de l’Intérieur, puis comme président, notre omnipotent Nicolas avait plus d’une fois fustigé ce roman classique des écoles qu’est "La Princesse de Clèves", le premier roman d’analyse et un monument de la littérature du 17ème siècle. Presque réclamé que l’on ne l’enseigne plus à l’école (à ma connaissance, c’est le genre de roman que l’on n’aborde qu’à partir du lycée, au minimum, et je sais de quoi je parle), tellement il lui semble chiant.

Riposte lundi 16 février après-midi devant le Panthéon de cette même Princesse de Clèves. En effet, profs, étudiants et acteurs de cinéma s’étaient réunis pour une lecture publique de cette oeuvre, tellement décriée publiquement justement, par notre cher président.

Devant les caméras et l’assistance nombreuse, l’ancien administrateur de la Comédie française Marcel Bozonnet a débuté cette « lecture-marathon ».

« Tout le monde a le droit de lire La Princesse de Clèves. Parce que ça sert à nommer des sentiments, des sensations qu’on ne sait pas nommer », a-t-il ensuite justifié.

"Moi je n’ai pas mon bac, alors c’est avec beaucoup d’honneur que je me mets à lire devant vous, professeurs et étudiants, qui parfois aident à mettre un sens dans nos vies", a déclaré Louis Garrel, compagnon de l’actrice Valéria Bruni-Tedeschi -belle-soeur de Nicolas Sarkozy-, et acteur principal du film "La Belle personne", adaptation cinématographique du roman.

"Organiser cette lecture est une réaction aux propos de Nicolas Sarkozy" a expliqué Sophie Rabau, l’organisatrice de cette lecture et maître de conférence à l’université Paris III. Elle portait à la boutonnière une fleur jaune, couleur de la Princesse de Clèves. « C’est vrai que c’est un texte complexe mais cette complexité nous intéresse. Le rôle de l’université, c’est d’ouvrir à la culture. Nous sommes des gens qui voulons partager notre savoir. »

On ne sait pas encore quelle fut la réaction de l’intéressé...Qui à la mort de Jean Delannoy, saluait le réalisateur de "l’Eternel Retour" et... de "la Princesse de Clèves" -première adaptation cinématographique du roman, assez fidèle, avec Jean Marais et Marina Vlady dans le rôle titre. Ca faisait assez rire. Mais revenons sur les raisons de cette haine implacable que voue Sarkozy à la belle princesse...


Lire la suite sur http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52838


Voir aussi
http://www.ladepeche.fr/article/2009/03/18/575093-Toulouse-Sauvons-la-Princesse-de-Cleves.html

Et Le président libéral autoritaire s'est coupé des "sachants"...
Tag(s) : #Débats

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :