Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


La fusion Caisse d’épargne-Banques populaires, le fait du prince

27 février 2009 - 17:10 - auteur-e(s) : Djilali Benamrane

Lu sur http://speculand.com/La-fusion-Caisse-d-epargne-Banques-populaires-le-fait-du-prince

Le gouvernement français, défenseur convaincu du libéralisme et profitant de la crise systémique qui ébranle le capitalisme mondial, vient de faire preuve d’un subtil opportunisme en renforçant du même coup : 1) le processus de concentration des opérateurs financiers privés, 2) le discrédit dont souffrent les modes de gestion non conformes aux formules de gestion privée moderne, 3) et, cerise sur le gâteau, le climat d’interrogation sur la pertinence des thèses qui plaident pour une réimplication des États dans la régulation des politiques économiques, voire dans l’encadrement des marchés financiers.

La fusion de la Caisse d’épargne et des Banques populaires procède avant tout de la politique libérale menée en France ces trois dernières décennies, pour consolider le tissu bancaire, financier et des assurances, autour d’un nombre limité de mastodontes, capables de peser dans les compétitions sans merci organisées à l’échelle européenne et planétaire. Ce sont deux opérateurs, au départ relevant du monde mutualiste, poussés progressivement, pour des raisons de rentabilité, de productivité et de compétition mercantile, à s’aligner sur les formes de gestion privée, de moins en moins associatives, de plus en plus déshumanisées (murs d’argent, plates-formes de mise en relation à distance, transformation des sociétaires en clients consommateurs de services, déresponsabilisation des élus). Il est dans la stratégie des défenseurs du libéralisme économique et financier de poursuivre ce processus, et il ne sera aucunement choquant que d’autres opérateurs mutualistes, comme le Crédit mutuel, ou publics, comme la Banque postale, ou coopératifs, ne soient invités à déserter le champ de l’économie mutualiste, publique ou coopérative, pour prêter main-forte à un secteur privé pourtant déjà omnipotent, mais assurément peu efficient puisque responsable de cette grande crise du système capitaliste.

En nommant un haut cadre de la présidence française à la tête du consortium Caisse d’épargne-Banques populaires, le gouvernement renforce l’hostilité et le rejet de la gestion publique ou parapublique, dans la mesure où le parachutage d’un haut fonctionnaire, qui plus est proche du pouvoir, rend illusoire toute velléité de construire des formes de gestion alternative, où sociétaires et travailleurs des institutions publiques, coopératives et/ou mutualistes peuvent choisir librement la direction de leurs institutions et exercer un contrôle démocratique quant au fonctionnement de ces institutions. Il est à tout le moins étonnant que les Conseils d’administration des Banques populaires et les autorités représentatives de la Caisse d’épargne aient voté à l’unanimité en faveur de la désignation d’un cadre au service de l’Élysée.

Enfin, Un président de la République qui déclare publiquement et imprudemment que le processus de désignation du responsable du nouveau consortium a été validé par la commission de déontologie de la Fonction publique sur la base d’un simple avis de son président, c’est peut-être marquer un signe fort quant à la légèreté de ceux qui nous gouvernent en cette phase de recul de la toute-puissance des forces du marché. S’il est possible de dire et de faire impunément ce qu’on veut à ce niveau et dans ce contexte, que ne peut-on faire à des niveaux subalternes ! Que penser de cet avertissement péremptoire du président de la commission de déontologie de la fonction publique, mettant en garde contre un risque pénal si cette commission n’était pas saisie et s’il s’avérait que le parachuté de l’Élysée avait joué un rôle dans le processus de fusion des Banques populaires et de la Caisse d’épargne ? Cela fait beaucoup de si, et pourtant la commission n’aura pas été consultée. Nous sommes décidément revenus sous l’Ancien Régime !

Tag(s) : #Débats

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :