Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Séance publique du 17 décembre 2008

 


Bousculé par le mouvement de colère qui grandit dans le monde enseignant, le ministre de l’Education nationale a annoncé, lundi, le report d’un an de sa réforme du lycée en précisant que « ces équilibres devront faire l’objet d’une large concertation avec les représentants des enseignants, des lycéens et des familles ».

 

Le Conseil Municipal de Malakoff, réuni le mercredi 17 décembre 2008, se félicite de ce recul qui résulte de la mobilisation des lycéens, des enseignants et des parents d’élèves et leur apporte son soutien.

Cependant si les lycéens et leurs syndicats reconnaissent une avancée, ils maintiennent leur appel à une journée de mobilisation jeudi prochain partout en France.

L’école s’interroge, sort dans la rue, s’inquiète sur son avenir. Les réformes s’accumulent à un rythme effréné de la maternelle à l’enseignement supérieur remettant en cause les fondements même de l’école publique, sans la moindre concertation avec les enseignants, les syndicats, les associations de parents d’élèves et les élus locaux.

Au lieu de conforter les efforts pour une école publique permettant la réussite de tous, ces réformes fondées sur des principes de restrictions budgétaires, désengage l’Etat

 

Considérant qu’après la suppression de 11 800 postes d’enseignants à cette rentrée, la programmation de 13 500 nouvelles suppressions pour 2009 dont 6000 en maternelles et élémentaires alors que 20 000 élèves de plus sont attendus, va aggraver les inégalités,

 

Considérant qu’après les propos désobligeants du ministre de l’Education nationale sur l’école maternelle, la création de « jardins d’éveil communaux», préconisée par le rapport sur la mission de l’école maternelle, ne répond pas à l’amélioration de l’accueil des enfants en école maternelle, dès deux ans, avec des enseignants formés,

 

Considérant que la suppression de 3000 professionnels des Réseaux d’Aides spécialisées aux Elèves en difficulté va priver 150 000 élèves d’aides et conduira à terme à la disparition des RASED,

 

Considérant que la réduction de 2 heures hebdomadaires de temps scolaire prises à l’ensemble des élèves, pour du rattrapage ou de l’accompagnement scolaire ajoutées après la classe en fonction des enseignants disponibles ou volontaires, ne répond pas au besoin de dédoublements de classe et d’aide spécialisée pendant le temps scolaire,

 

Le Conseil municipal réaffirme l’éducation comme l’une de ses priorités.

 

Réaffirme son attachement à une école maternelle de qualité au sein de l’Education nationale qui permet de lutter contre les inégalités culturelles et sociales, pour faciliter l’accès de tous au savoir et à la pertinence de l’accueil à partir de deux ans.

 

Réaffirme son attachement à la lutte contre l’échec scolaire et à la prise en charge de la difficulté scolaire  pendant le temps scolaire par des enseignants spécialisés.

Réaffirme son soutien aux enseignants, aux parents, à tous ceux et toutes celles qui au sein des écoles maternelles et élémentaires, font vivre le service public de l'éducation.

 

Le Conseil municipal de Malakoff opposé aux réformes

 

Demande le maintien de toutes les années d’apprentissage en école maternelle nécessaires à la scolarisation et le renforcement de l’accueil des tout-petits dans les petites sections.

 

Demande la levée des suppressions des postes dévolus à la prévention et la remédiation des difficultés scolaires et une concertation sur le devenir et le développement des Réseaux d’aide aux élèves en difficulté, indispensable pour la réussite de tous les élèves.

Demande que les programmes, la nouvelle organisation de la semaine et la mise en place des dispositifs d’aides aux élèves en difficulté fassent l’objet d’un véritable dialogue serein et responsable avec l’ensemble des acteurs de l’éducation.

 

Tag(s) : #Tracts, déclarations et pétitions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :