Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Lu sur
http://cncu.fr/spip.php?article1700  

Hervé Eon, le militant de gauche qui avait dégainé une pancarte sur laquelle était écrit "Casse toi pov’con" au passage de Nicolas Sarkozy, a reçu ce jeudi vers 14 heures la décision du tribunal correctionnel de Laval : il est condamné à une amende de trente euros avec sursis.

Retour sur les faits : le 28 août, Hervé Eon se rend à vélo à la manifestation organisée à Laval à l’occasion d’un déplacement présidentiel.

Sur le chemin, il est arrêté par la police qui lui reproche cette pancarte de la taille d’un document A4. Il sera finalement poursuivi par le parquet pour "offense au chef de l’Etat" (délit passible de 45 000 euros d’amende).

"Malgré tout, une décision politique"

Le parquet réclamait 1 000 euros d’amende. Pour son avocate, Me Dominique Noguères, cette décision est donc "à double facette" :

"D’un côté, il s’agit d’un désaveu pour le poursuivant, puisqu’au lieu d’avoir 1 000 euros, le parquet n’a que 30 euros avec sursis. Mais, de l’autre côté, ça reste une condamnation quand-même, et ce n’est pas satisfaisant dans la mesure où il s’agit malgré tout d’une décision politique.

A l’audience, le président s’était pourtant montré plutôt compréhensible, incrédule d’avoir à juger pareille histoire. Mais il n’a pas eu le courage qu’il lui fallait pour aller jusqu’à la relaxe."

Son client, joint par téléphone à la sortie du tribunal, jeudi après-midi, envisage très sérieusement de faire appel. Il a dix jours pour le faire mais semblait avoir fait son choix :

"C’est une condamnation symbolique mais une condamnation quand-même. Or puisque nous sommes sur le terrain symbolique, je veux être relaxé. Je suis militant, je n’ai pas envie de lâcher le morceau."

Chloé Leprince

Tag(s) : #Données

Partager cet article

Repost 0