Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Congrès du PCF : « Nous voulons un débat extraordinaire »

Texte collectif (*).

Lu sur http://www.humanite.fr/2008-10-20_Tribune-libre_Congres-du-PCF-Nous-voulons-un-debat-extraordinaire

Militant(e)s, responsables, élu(e)s…, nos engagements sont divers, nos positions et nos sensibilités également. Animatrices et animateurs de notre parti pour beaucoup d’entre nous, nous le faisons vivre au quotidien. Nous avons en commun de penser que le 34e Congrès du PCF doit s’efforcer d’être exceptionnel. La vocation de ce congrès, évoquée dès après l’élection présidentielle, demeure : une remise à plat totale et transparente du projet, des orientations et de l’avenir politique de notre parti.

Les élections locales de mars 2008 ont apporté un peu d’oxygène. Tant mieux, cela permet aux communistes d’avoir entre eux et avec la société une réflexion plus créative. Mais chacun sait que le rayonnement de nos élus de proximité ne masquera pas à terme l’affaiblissement que nous subissons depuis plus de trois décennies. Les questions existentielles qui nous sont posées demeurent.

L’assemblée générale des communistes de décembre 2007 avait posé, avec raison, l’exigence d’un débat extraordinaire permettant une confrontation d’idées n’excluant « aucune hypothèse concernant le Parti ou sa stratégie » et sans « prendre à l’avance une orientation que les communistes choisiront à leur congrès ».

Le Conseil national des 5 et 6 septembre 2008 soumet aux voix des communistes un texte qui est en deçà de ces objectifs. De plus, ce texte ne retient qu’une seule option. Quoi que l’on pense de cette option, ce parti pris risque de démobiliser et de diviser en excluant a priori tout autre point de vue, voire même de fracturer.

La Fête de l’Huma - construite grâce à la générosité et à l’enthousiasme des communistes - a confirmé, parmi d’autres faits, le potentiel sur lequel les forces progressistes peuvent s’appuyer. En même temps, nous avons aussi tous mesuré l’ampleur des inquiétudes, allant parfois jusqu’au désarroi, voire au renoncement de camarades et amis pourtant aguerris à l’engagement (…).

Les communistes veulent se rassembler. Notre interpellation va dans ce sens. Y parvenir appelle audace, créativité, ouverture d’esprit et anticonformisme. Abordons simplement les questions telles qu’elles se posent sans rien occulter. Bien sûr, le débat est difficile. Il n’y a pas de solutions toutes faites. Notre avenir politique est à construire ensemble plus qu’à choisir.

Modestement mais convaincus, nous demandons à la direction du Parti de créer les conditions d’un congrès « historique », qu’elle avait d’ailleurs appelé de ses voeux.

Des sujets à l’évidence méritent d’être approfondis :

- Nous n’avons plus une vision avant-gardiste et « étapiste » du processus révolutionnaire. Nous identifions le communisme comme un mouvement d’émancipation humaine et notre combat à celui de la lutte contre toute forme d’exploitation et de domination. Sommes-nous ainsi quittes de notre analyse et de notre réflexion sur la nature et les raisons de la crise du communisme ? Quid de « l’image » du communisme dans la population aujourd’hui, particulièrement parmi les jeunes ? Quel avenir pour un communisme politique au XXIe siècle ? Quelles expériences conduisent d’autres communistes en Europe et dans le monde ? Nous ne pouvons faire l’impasse d’un débat sur la pertinence du communisme dans la société d’aujourd’hui, non pour renoncer à notre combat, mais au contraire pour construire les réponses de notre temps.

- Le devenir de notre organisation est intimement lié à ce travail. Nous devons définir les traits d’un parti contemporain qui permet à la fois de relever les défis face au capitalisme mondialisé, qui tire les leçons de nos propres expériences, et qui s’enrichit de l’aspiration de l’émancipation de la personne. En commun, nous partageons le refus d’un statu quo. Affranchissons-nous des interdits. Certains pensent qu’il faut affirmer l’existence du PCF comme un préalable et travailler à son amélioration, d’autres qu’il faut en dépasser la forme actuelle. Chaque point de vue doit être considéré avec le même respect et les mêmes droits : il en sortira du mieux pour tous.

- La période politique est critique : poussée de la droite en France et en Europe, installation du bipartisme, échecs de la gauche, reculs des Partis communistes en France et dans le monde, difficultés des luttes sociales à converger… Nous ne nous résignons pas à l’émiettement de la gauche. Pas plus que nous n’acceptons son éventuelle division entre un pôle gestionnaire et un pôle protestataire. Cela suppose de débattre de la crise de la gauche afin de comprendre si elle est conjoncturelle ou structurelle, des alliances et des rassemblements nécessaires, de nos rapports avec le Parti socialiste et avec les autres composantes progressistes, de notre relation au mouvement social, associatif et citoyen. Depuis trente ans, nous avons conduit diverses expériences : du programme commun au rassemblement de la gauche antilibérale en passant par l’union de la gauche, le rassemblement populaire majoritaire, et la gauche plurielle… Nous devons en tirer enseignement.

- Immédiatement, sur le terrain européen, cette question se pose pour créer une dynamique permettant d’élire des députés porteurs de propositions européennes répondant aux urgences sociales, écologiques, climatiques, économiques, financières, démocratiques et pacifiques. Une telle initiative modifierait la donne politique.

Une condition essentielle doit absolument être créée.

- Donnons à tous les communistes les termes du débat en intégrant dans la base commune les différentes options rédigées par les camarades s’en estimant porteurs. Cela permettra à tous, après un débat extraordinaire, de faire un choix clair entre la poursuite d’un PCF dans sa forme actuelle améliorée ou bien notre engagement dans un processus de dépassement et d’invention d’un nouvel « outil » politique pour faire vivre du communisme, de l’émancipation humaine.

Engager un débat véritablement ouvert et inédit dans nos pratiques donnerait à voir qu’il se passe quelque chose de nouveau au Parti communiste. Redonner, à l’occasion du congrès, l’espoir en l’existence d’une formation politique moderne s’engageant dans un processus franchement de gauche et prête à assumer ses responsabilités pourrait produire de la dynamique, particulièrement dans la jeunesse. Cette ambition nous paraît raisonnable, nécessaire et urgente.

(*) Des intellectuels et des syndicalistes, des secrétaires fédéraux et de section, des conseillers généraux et régionaux, des parlementaires, des maires et des adjoints, des responsables nationaux et des militants communistes… Ce sont plus de 200 personnes qui, dans leur diversité, demandent un débat extraordinaire dans la préparation du congrès du PCF.

La liste des signataires est publiée sur le blog http://undebatextraordinaire.over-blog.fr/  .

Envoyez votre signature à undebatextraordinaire@orange.fr.

Tag(s) : #Débats

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :