Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lu sur http://www.regards.fr/article/?id=3100

Miguel Benasayag, philosophe et psychanalyste, Angélique del Rey, professeur de philosophie, et des militants de RESF viennent de publier « La chasse aux enfants » (La Découverte). Fruit d'une enquête nationale et nourri de nombreux témoignages, ce livre montre que la politique discriminatoire visant les enfants sans papiers scolarisés en France a des effets sur la société française dans son entier, et plus particulièrement sur ses enfants. Il défend l'hypothèse selon laquelle, au-delà de la conscience de chacun, l'engagement au nom de la solidarité relève donc de la possibilité matérielle de vivre ensemble.

Le présent ouvrage est né d'une rencontre entre les membres du Réseau Education sans frontières (RESF) et les philosophes Miguel Benasayag et Angélique del Rey. Lors d'une réunion, Miguel Benasayag proposa de travailler sur la question du lien social telle que le réseau le met en évidence. Le groupe baptisé « Miroir » décide alors, en septembre 2007, de lancer une enquête à caractère sociologique portant sur les dommages psychiques produits par la « chasse aux enfants » sans papiers sur les autres enfants, sur son « effet miroir » sur le reste de la société. Car la chasse au enfants sans papiers scolarisés en France « n'affecte pas seulement les victimes d'une politique qui se dit sécuritaire, mais aussi par vagues concentriques leur entourage d'enfants et de parents, de témoins effarés plongés tout d'un coup dans l'angoisse existentielle », affirme Miguel Benasayag.

L'objectif était ici de mettre en évidence le fait que le corps social ne reste pas indemne lorsqu'on l'ampute d'une de ses parties comme l'explique Miguel Benasayag : « L'hypothèse de l'effet miroir induit que l'enfant qui voit partir ses petits camarades, ne les considère pas comme des autres tout à fait séparés de lui, mais comme des éléments de lui-même auxquels il s'identifie en partie dans un jeu constant ». Et Angélique del Rey d'ajouter : « la solidarité, telle qu'elle existe et se développe au sein de RESF, ne dépend pas de l'engagement de quelques uns, mais de la décision d'assumer les dimensions matérielles de nos liens sociaux, ceux qui fondent toute société ».

Le résultat de cette enquête nationale réalisée auprès d'enseignants, de parents d'élèves, ainsi que d'enfants et adolescents eux-mêmes est édifiant. Pour la grande majorité des élèves, les forces de police sont vécues et perçues comme « dangereuses ». Le verdict des enfants et des ados est sans appel. Ils répondent au questionnaire de l'enquête « j'ai eu peur pour mon papa », « j'ai eu peur des policiers », « j'ai de la sympathie pour les enfants étrangers », « j'ai de la tristesse », « j'ai envie de défendre les enfants sans papiers »... Les ados parlent, eux, de sentiment de révolte et d'indignation. Cela a provoqué chez eux une prise de conscience et les a poussés à s'engager. Selon Miguel Benasayag, les interventions policières auraient donc bien des effets anxiogènes sur les enfants et ados témoins de ces expulsions : « Le sens profond de l'effet miroir est que, de façon générale, ce qui arrive à certains membres de la société concerne tout le monde. C'est pourquoi, dès lors qu'il devient conscient, l'effet miroir implique que ce qui arrive à d'autres soit perçu comme quelque chose qui n'arrive pas qu'aux autres, mais aussi à soi. On se sent concerné ».

Entretien audio :

Pour écouter l'interview croisée des philosophes Miguel Benasayag et Angélique del Rey, cliquer sur http://www.regards.fr/file/audio/benasayagdelrey.mp3

Plus d'infos sur http://www.resfmiroir.org/

Tag(s) : #Livres et documents

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :