Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

[Après le ménage fait par le PS dans certaines fédérations, dont celle des Hauts de Seine, pour éliminer parmi les élus locaux des militants ayant voté non au TCE et jugés trop à gauche, le tour de la LCR ?]

Lu sur http://www.unir.asso.fr/

A propos d’un licenciement politique à la LCR

Unir

27 mars 2008

Dans son édition datée du 28 mars, Le Monde vient de rendre publique la situation dans laquelle se retrouve le courant Unir de la LCR à la suite de la réunion des 15 et 16 mars de la direction nationale de la LCR. Notre camarade Christian Picquet s'y est effectivement vu immédiatement « dépermanentisé ». Dit autrement, il y a été procédé à son licenciement politique…

Résumons les faits. Le courant Unir de la LCR (plate-forme B du dernier congrès de l'organisation) agit depuis des années en faveur du rassemblement de toutes les composantes de la gauche antilibérale et anticapitaliste, dans la perspective d'une nouvelle force politique, un nouveau parti anticapitaliste, large, pluraliste. C'est au nom de cet objectif qu'il n'avait pas accepté, en septembre 2006, que la majorité de direction de la LCR n'ait pas appliqué le mandat que lui avaient donné les militants de l'organisation, celui de tout mettre en œuvre « pour aboutir » à une candidature unitaire à la présidentielle de 2007, en s'appuyant sur la dynamique qui avait caractérisé la campagne du « non » de gauche au traité constitutionnel européen. C'est aussi en vertu de la même démarche qu'au XVII° Congrès de la Ligue, le courant Unir s'était opposé à la volonté de la majorité de réduire désormais sa visée stratégique à la construction d'un « nouveau parti anticapitaliste » autour d'une LCR qui en serait l'unique composante nationale.

On le sait, lors de ce congrès, nous avons été minoritaires. Nous en avons pris acte, tout en relevant que les divergences apparues ces deux dernières années n'avaient nullement été surmontées. À nos yeux, le cours désormais suivi est de nature à mettre en cause le projet stratégique qui était jusqu'alors celui de la LCR, un parti large et pluraliste conçu comme une nouvelle représentation politique pour le monde du travail. C'est ce qui a motivé notre maintien en tendance publique de la LCR (dénommée courant Unir).

Parce que nous sommes militants de la LCR et que nous participons à toutes ses instances et activités, mais aussi parce que la crise ouverte à propos de la candidature unitaire a été tranchée par le congrès, nous avons souhaité discuter avec nos camarades majoritaires de la nécessaire gestion commune de la nouvelle situation. Notre souci était double : voir garanti le droit, reconnu par les statuts de la Ligue, à un fonctionnement en tendance publique ; faire en sorte d'apaiser au maximum les tensions, afin que les divergences maintenues n'hypothèquent pas l'échange collectif et que soit restauré un travail en commun au sein des instances de l'organisation. C'est dans cette optique que nous avons fait les propositions suivantes à la DN : une tribune hebdomadaire dans Rouge ; un budget pour les activités de la tendance publique ; un temps de permanent pour le fonctionnement de la tendance, couplé avec un demi-temps pour les activités de l'organisation dans le cadre de la direction centrale de l'organisation. Notre proposition était, dans ce cadre, que Christian Picquet occupe ce demi-temps, notamment pour poursuivre le travail dans lequel il s'est largement investi depuis des années en animant la rédaction de Rouge, couplé avec un autre demi-temps pour le courant Unir.

Cette proposition a été refusée. Dans une motion significativement intitulée « Motion PFB », il était stipulé que, si la DN acceptait de rémunérer « un poste de demi-permanent au titre de « Unir » », elle rejetait « la proposition faite par la PFB de permanentiser Christian Picquet au titre du secrétariat du bureau politique. Il n'est donc plus permanent de la LCR. Évidemment cette décision prend effet dès le lendemain de la DN ». La majorité de direction justifiait cette décision par le fait que l'existence d'Unir comme courant public était un « mauvais signe » au moment où la LCR connaissait des succès, notamment électoraux. Une argumentation reprise, avec des accents de procureur, par Pierre-François Grond dans Le Monde : « Les moyens de l'orga doivent être mis à la disposition de ceux qui appliquent la ligne majoritaire. Il faut que la minorité assume son centre de gravité à l'extérieur de l'organisation. » Dans le même sens, au milieu de l'an passé, le même Pierre-François Grond avait signifié officiellement à notre camarade l'interdiction de représenter l'organisation dans quelque initiative que ce soit.

La volonté d'éliminer politiquement le principal courant minoritaire de la Ligue est ici évidente. La décision de la DN est sans précédent depuis au moins 25 ans : ainsi, dans les années 1990, la tendance R !, à laquelle participait Olivier Besancenot, avec quatre fois moins de voix que n'en a obtenu cette année le courant Unir, disposait d'un permanent sur les quatre qui animaient alors la direction centrale de la Ligue. Plus profondément, elle représente un coup porté à la démocratie et au pluralisme intérieurs, qui faisait jusqu'alors le rayonnement de la LCR au sein de la gauche.

Mais outre que cette décision va profondément altérer l'image de l'organisation qui est la nôtre, elle éclaire d'une manière inquiétante le processus censé conduire à la proclamation du « nouveau parti anticapitaliste. À la même direction nationale, nos camarades ont ainsi décidé de rendre celui-ci « irréversible », en favorisant dès aujourd'hui la dissolution des instances de base de la LCR dans les comités d'initiative pour le nouveau parti. Le risque est bien, ce faisant, et avant même qu'un congrès puisse se prononcer souverainement, de dessaisir les militants de tout contrôle sur ce qui doit amener prochainement à la dissolution de leur organisation. Faut-il voir ici la raison pour laquelle on balaie sans scrupules l'engagement de militants, parfois engagés depuis 30 ou 40 ans dans la LCR, au motif que leurs orientations sont minoritaires et qu'ils entendent seulement poursuivre leur bataille de conviction sous la forme d'une tendance publique, dans les conditions prévues par les statuts de leur organisation ? Il y a quelque raison de le craindre…

Quoi qu'il en soit, cet épisode d'un autre âge concerne bien au-delà des rangs de la LCR. Les reconstructions politiques nécessaires pour l'avenir ne pourront s'affranchir du respect scrupuleux des opinions divergentes, des droits démocratiques des minorités, du pluralisme interne et externe des organisations. La direction majoritaire de la LCR doit se l'entendre dire de toutes parts…

La Direction du courant Unir de la LCR

Vous trouverez ci-dessous l'article du Monde

http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/03/27/la-direction-de-la-lcr-licencie-son-principal-opposant_1027991_823448.html

 Voir aussi la tribune du Monde co-signée par C. Picquet vendredi soir http://www.lemonde.fr/opinions/article/2008/03/28/pour-une-gauche-digne-de-ce- nom_1028457_3232.html
Le courrier de solidarité de Mars-Gauche républicaine
http://www.unir.asso.fr/2008/03/28/un-courrier-du-mars-gauche-republicaine/#more-198
et de Roger Martelli (communistes unitaires)
http://www.unir.asso.fr/2008/03/30/un-courrier-de-roger-martelli/#more-200
Le courrier de Claude debons
http://www.unir.asso.fr/2008/04/01/un-courrier-de-claude-debons/#more-201

Tag(s) : #Tracts, déclarations et pétitions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :