Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ParrainagesSansPapiersNanterre10Nov2007.jpg 

Sur le blog de Patrice Leclerc

http://www.patrice-leclerc.org/index.php?option=com_content&task=view&id=1004&Itemid=1

et les vidéos sur : http://fr.youtube.com/user/cluxembourg  

Un article du Parisien du 10 novembre.

CE MATIN à 11 heures, des maires et des élus de gauche des 

Hauts-de-Seine ont rendez-vous devant la préfecture de Nanterre.
 
Objectif de ce rassemblement : organiser une opération de 

parrainage symbolique, en réponse aux récentes « injonctions » du 

préfet les mettant en garde contre ce genre d'initiative*.
 

« Cette manifestation marque la volonté des élus de continuer à soutenir les sans-papiers, elle démontre aussi qu'on refuse toute tutelle du préfet à ce sujet », expliquait hier le conseiller général communiste (PCF), Patrice Leclerc, qui coordonne l'organisation de la cérémonie. Une réponse du berger à la bergère en quelque sorte. Récemment, le préfet des Hauts-de-Seine, Pierre de Bousquet de Florian, avait mis en garde, par lettre ou oralement, plusieurs maires de gauche ayant par le passé organisé des cérémonies de parrainage de sans-papiers dans leur mairie en les avertissant que ces initiatives étaient « contraires à la loi » et qu'il n'excluait pas de saisir le procureur. « Citoyens et élus s'engageront aujourd'hui à soutenir une vingtaine de familles sans papiers dans leurs démarches auprès des institutions et organismes divers afin d'obtenir leur régularisation », souligne de son côté Patrick Jarry, maire communiste de Nanterre, destinataire de l'un des courriers de rappel à l'ordre du préfet, « A travers ce nouvel acte de solidarité, ils exprimeront leur refus de toute mise en garde préfectorale et leur détermination à faire prévaloir les libertés et les valeurs démocratiques de notre République. » La cérémonie de ce matin est organisée avec le soutien d'associations d'aide aux sans-papiers, notamment le Réseau éducation sans frontières (RESF) et l'ensemble des réseaux de soutien des Hauts-de-Seine. * En septembre, le préfet avait expliqué qu'il était « prêt à faire son devoir », c'est-à-dire saisir le procureur de la République pour dénoncer l'aide à l'immigration illégale. Une position qui a ulcéré les 8 maires de gauche sur les 36 communes que compte le département des Hauts-de-Seine. Dans une lettre ouverte au ministre de l'Immigration, Brice Hortefeux, les élus s'étaient indignés qu'il « enjoigne aux préfets » de menacer les maires de poursuites judiciaires. 

Marisa Faion
Tag(s) : #Annonces et compte-rendus de réunions

Partager cet article

Repost 0