Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RESF2.jpg

Parce que le jour où l’on découvre qu’un élève,

qu’un copain de ses enfants est sans-papiers et

menacé d’expulsion, on se dit qu’il est

impossible de laisser faire comme si de rien

n’était…



Rejoignez-Nous pour un rassemblement Mercredi 3 octobre à 14h 30 devant la sous-préfecture d'ANTONY- 99, avenue du général de Gaulle- RER Croix de BERNY.

Quoi de neuf depuis l’été sur le 92 Sud ? Le bilan est mitigé : de bonnes nouvelles pour

certaines familles qui, grâce à la forte mobilisation de certains élus, de citoyens, ont

obtenu leur régularisation ; mais un durcissement pour d’autres qui commencent à

recevoir depuis septembre des OQTF (Obligation à quitter le territoire français).

Avec la création du Ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et

la nomination de Brice Hortefeux, il est maintenant clair que les intentions du

gouvernement s’orientent vers un traitement très dur de l’immigration. Il faut faire du

chiffre ! C’est dans ce sens que le Ministre a convoqué à la rentrée une vingtaine de

préfets qui n’ont pas atteint leurs objectifs en termes d’expulsions de sans-papiers ! Le

quota d’expulsions exigé par le président de la République pour la métropole en 2007

s’élève à 25 000.

A RESF, nous continuons à solliciter votre mobilisation. Nous rappelons que derrière ces

chiffres, il y a des familles, installées pour certaines depuis très longtemps en France, des

enfants qui sont nés en France et qui n’ont jamais eu de contact avec le pays d’origine de

leurs parents. A RESF, nous rappelons que le retour au pays d’origine n’est pas exempt

de danger pour ces familles qui ont fui parfois suite à des persécutions. Derrière l’intitulé

ronflant du ce nouveau Ministère, il y a des images sales de rafles qui se déroulent parfois

à la sortie des écoles pour mieux emporter d’un coup toute une famille de sans-papiers, il

y a la multiplication de centres de rétentions où l’on parque familles, enfants et

nourrissons, il y a des retours forcés menottes aux poings, des actes désespérés, de la

violence d'État.

N’oublions jamais que le droit d’asile est un principe fondamental de la République.

La France que nous aimons et respectons se doit de mettre en avant la protection des plus

vulnérables et notamment celle des enfants.

Tag(s) : #Tracts, déclarations et pétitions

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :