Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lu sur  https://www.humanite.fr/mathieu-plane-ce-nest-ni-un-plan-de-relance-ni-un-plan-durgence-693156

Mathieu Plane : « Ce n’est ni un plan de relance, ni un plan d’urgence »

Vendredi 4 Septembre 2020
 
 
 

Pour l’économiste de l’Observatoire français des conjonctures économiques, le plan du gouvernement est mal calibré. Il n’empêchera ni les faillites, ni les licenciements.

 

MATHIEU PLANE  DIRECTEUR ADJOINT ANALYSES ET PRÉVISIONS À L’OFCE

Une enveloppe de 100 milliards d’euros pour relancer l’économie, est-ce suffisant ?

Mathieu Plane C’est une somme importante, avec une ambition affichée en matière de transition écologique, de relocalisation industrielle. Mais ce plan visant à transformer l’économie à moyen et long termes, avec des effets diffus, des mesures structurelles, n’est ni un plan d’urgence, ni un plan de relance. La baisse des impôts de production est, par exemple, une mesure structurelle de compétitivité, qui ne vise pas à empêcher les faillites. Sans compter que nombre de ces mesures étaient déjà budgétées. Or, cette crise est une course contre la montre vu le risque important de faillites, de licenciements. Tout va se jouer dans les prochains mois. Le gouvernement parle de dépenser 30 % du plan en 2021. Cela correspond à 30 milliards d’euros, soit 2 points de PIB, soit le plan de relance de 2009. Les seules mesures d’urgence sont le chômage partiel, le plan jeunes, le renforcement des fonds propres.

En ce qui concerne la gestion de la crise à court terme, je pense que les montants sont mal calibrés. L’Allemagne, par exemple, a fait un plan à 137 milliards, dont 80 milliards de mesures d’urgence et 57 milliards de mesures d’investissements de transformation de l’économie. En France, la réponse est même insuffisante pour éviter de rentrer dans une spirale dépressive. De plus, il manque clairement le deuxième volet, celui de la demande avec des mesures incitant à dégonfler les 75 milliards d’euros d’épargne accumulés par les ménages pendant le confinement, ce qui est exceptionnel. Dépenser cette épargne revient à diviser le choc économique par deux.

Dans un climat d’incertitude, comment faut-il relancer la consommation ?

Mathieu Plane Le choix qui a été fait dans plusieurs pays a été des baisses de TVA. Le gouvernement mise sur la confiance. Or, dans un climat aussi incertain économiquement, socialement et sanitairement, je doute que les ménages soient enclins à dépenser. La consommation est un moteur important de l’activité et surtout des services, beaucoup touchés et très dépendants de la consommation domestique.

Quelles sont les mesures immédiates dont les entreprises ont le plus besoin ?

Mathieu Plane L’urgence est la solvabilité des entreprises. Si, malgré des pertes d’exploitation extrêmement importantes, les entreprises ont tenu, c’est grâce aux prêts garantis par l’État, aux dettes fiscales. Mais, aujourd’hui, elles sont face à un mur de dettes et à un niveau d’activité largement inférieur à celui avant la crise. Les trois milliards d’euros de renforcement de fonds propres sont largement insuffisants. Il aurait fallu au moins 20 milliards d’euros.

Le premier ministre s’est fixé comme objectif de créer 160 000 emplois en 2021. Est-ce ambitieux et réaliste ?

Mathieu Plane C’est honnête. Mais c’est une goutte d’eau, si à côté 800 000 emplois sont détruits. Cela signifie que l’impulsion donnée permet de récupérer 20 % des pertes. Cela montre qu’il faudrait faire beaucoup plus.

Un milliard pour la relocalisation, est-ce à la hauteur ?

Mathieu Plane C’est du saupoudrage. On est sur des montants très faibles par rapport aux enjeux. De plus, les entreprises ne reviennent pas en France pour des questions fiscales. Cela exige que l’on pose concrètement le rôle de l’État, le besoin de subventionner certaines filières.

L’enjeu du financement demeure. Selon vous, qui va payer ?

Mathieu Plane Une partie du plan de relance est une dette Covid. La politique monétaire de la Banque centrale européenne permet d’accéder au crédit à des taux très bas. On a une dette qui, en somme, ne coûte rien. Le problème vient surtout des baisses d’impôts. Elles créent un déficit durable qui nécessitera soit des prélèvements nouveaux, soit des baisses de dépenses. Le risque est d’avoir des mesures assez drastiques en matière de dépenses. Et si le gouvernement a promis de ne pas augmenter les impôts, tout reste ouvert en 2022. D’autant qu’à la baisse des impôts de production s’ajoutent la suppression de la taxe d’habitation, la baisse de l’impôt sur les sociétés. Ce qui peut affaiblir la demande et donc la croissance.

Entretien réalisé par

Clotilde Mathieu

Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :