Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Macron a choisi l’entêtement et la répression face à un mouvement social, celui dit « des gilets jaunes » de forte ampleur, largement soutenu par une grande majorité des citoyens de France.

Ceci révèle l’ambiguïté fondamentale de sa victoire électorale de 2017.

L’adhésion à son programme a été particulièrement faible au premier tour. La majorité des électeurs ont voté au second tour pour éliminer Marine Le Pen. Personnellement j’ai voté blanc au second tour, pensant que la politique de Macron nous conduirait à retrouver une Le Pen renforcée. D’autres s’abstenant en nombre, sans doute à partir d’un raisonnement similaire. Je ne le regrette pas car c’est ce qui est en train de se passer…

L’effet de souffle sur les législatives de l’élection présidentielle, désormais bien connu et renforcé depuis le passage au quinquennat, ne vaut évidemment pas validation du programme de régression sociale macronien. Contrairement à une fable savamment mais inutilement entretenue par le groupe majoritaire à l’assemblée nationale: du coup cette dernière, particulièrement décalée par rapport à l’état politique réel du pays, se révèle encore plus inutile que lors des quinquennats précédents.

Après la forfaiture politique de 2005 (adhésion des forces politiques sarkozyste et hollandaise au traité de Lisbonne après le non populaire au référendum sur la constitution européenne), bis repetita : une majoritaire populaire large et donc hétérogène se sent à nouveau trahie.

Après les combats difficiles, utiles mais largement incompris, contre la loi travail et contre la désastreuse réforme de la SNCF, surgit un mouvement populaire de fond, qui s’exprime d’abord contre la politique économique et sociale injuste poursuivie et aggravée par le pouvoir actuel.

Ce dernier n’ayant pas de vrai mandat démocratique positif pour ce faire, surgit aussi, face à ce qui est perçu comme une nouvelle trahison de l’esprit démocratique, une crise institutionnelle latente depuis nombre d’années. La majorité des citoyens ne se sent plus représentée, malgré les élections…

Il ne faut pas s’en étonner. Il était difficile d’en prévoir la date de déclenchement, mais cela devait se passer au regard de l’histoire des luttes populaires en France. Avant tout soucieuse de « normaliser » (au sens tchèque 1968) le modèle social français par rapport une norme européenne anglo- allemande, l’alliance des sociaux- libéraux, des libéraux et des réactionnaires au pouvoir n’a rien vu venir.

Leur réponse est pour le moment une répression disproportionnée des gilets jaunes, une persistance dans les objectifs politiques poursuivis qui tourne à l’aveuglement et un « grand débat » s’appuyant sur les maires que l’on a largement ignorés, voire méprisés, depuis le début du quinquennat.

Ce débat peut être intéressant s’il conduit à un exercice participatif véritable, de la même nature que ceux dont nous avons l’habitude à Malakoff, sur les projets locaux. La crédibilité d’un tel exercice suppose que les conclusions de ce débat, s’il y en a, soient prises en compte. Dans le contexte, on peut en douter fortement : le Président jupiterrien a déjà annoncé que de toutes façons il continue comme avant.

Le plus probable est que, comme le disait Mitterrand, on va « promener le chien » pendant 3 mois.

Le drame démocratique aujourd’hui est qu’à part l’extrême- droite l’opposition politique est à plat : la droite, le PS et le PCF sont en grande difficulté ; bien que leurs idées aient fortement progressé, les écolos sont toujours à la ramasse ; succombant aux vapeurs hallucinogènes du populisme, fût- il de gauche, Mélenchon et sa garde rapprochée régressent qualitativement et quantitativement.

Il en découle qu’aujourd’hui, pour ceux qui sont attachés au progrès humain, la seule urgence est de construire une alternative sociale, écologique et économiquement efficace, rassemblant par- delà les affiliations politiques, syndicales, associatives et autres préalablement existantes.

C’est la seule voie susceptible de répondre à la demande citoyenne.

J. Allain, le 04/01/2019

Tag(s) : #Macronneries, #Gauche de gauche

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :