Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour la piétonisation des voies sur berges

LA PIETONISATION DES BERGES DE SEINE : UN ENJEU DE SANTE PUBLIQUE
Communiqué de presse 23 août 2016
Les élus communistes-Front de Gauche prennent acte de l’avis défavorable de la commission d’enquête publique de la piétonisation des berges de seine. C’est un élément supplémentaire dans le débat sans pour autant oublier les enjeux de santé publique auxquels nous devons répondre.
Nous insistons sur l’urgence sanitaire de mettre en place en tel dispositif ; la lutte contre la pollution et la réduction de la place de la voiture sont des enjeux cruciaux pour la santé de toutes et tous.
Améliorer la qualité de vie de tous, en créant et aménageant des espaces publics accessibles au plus grand nombre est un des engagements de notre mandature. Les parisiens souhaitent se réapproprier leur fleuve et la circulation automobile des voies sur berge est une barrière.
Le bilan positif de la reconquête des berges de la Seine montre que le choix était le bon : 60% sont favorables à la piétonisation comme l’atteste le succès de « Paris Plages » et « Paris respire ».
Depuis deux ans, les communistes apportent leur soutien à la politique municipale de réduction de la place de l’automobile à condition que des alternatives soient proposées.
Notre groupe a toujours demandé à chaque débat au Conseil de Paris, plus de moyens pour les transports publics, une vraie réorientation des politiques publiques en faveur du fret ferroviaire et fluvial, un maintien de la vocation ferroviaire de la petite ceinture. Le renforcement des lignes de transports en commun existantes, qui sont aujourd’hui sursaturées, la modernisation et l’optimisation des infrastructures de transport et le développement de la multi modalité, mêlant à la route le transport par le rail et le fleuve, et un développement du réseau cyclable seront la clé de cette mutation de Paris que nous voulons.
Nous avons par le biais d’un vœu, demandé à interpeller le gouvernement pour déplafonner le versement transport, afin que le STIF puisse répondre davantage aux besoins d’investissements sur le réseau Francilien. Il faut garantir aux usagers les meilleures conditions de transport possibles, qui se sont passablement dégradées lors des dernières années, ce qui passe notamment par des recrutements d’agents de proximité à la SNCF comme à la RATP.
Pour pouvoir assumer cette augmentation de l’utilisation du réseau existant et assurer le fonctionnement des lignes en projet, les collectivités comme l’État doivent y consacrer des efforts et des moyens supplémentaires.
Si nous voulons réduire la circulation automobile dans Paris sans que ces mesures « anti diésel » sont vécues comme « anti sociales », il faut que le gouvernement prenne sa part de responsabilité avec une politique publique d’aide à la reconversion du parc automobile, à l’acquisition de la voiture électrique ou hybride et à une réduction de la part du diesel dans le parc automobile national.
Dans la même perspective, nous pensons que le gouvernement doit créer une ressource dédiée pour cofinancer la réalisation d’engagements cyclables. Nous avions d’ailleurs déposé un vœu au conseil de Paris an avril 2015 dans ce sens.
La piétonisation des berges de seine est une chance pour notre santé et pour un environnement de qualité pour toutes et tous.

Le groupe PCF/FDG au Conseil de Paris

Tag(s) : #Ecologie

Partager cet article

Repost 0