Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour Manuel Valls le HLM est souvent une rente de situation

Logement social : l’Etat ne joue plus son rôle

Lu sur http://www.elunet.org/spip.php?article59552

Les élu(e)s communistes et républicains présent(e)s au congrès HLM

vendredi 26 septembre 2014

Les élu(e)s communistes et républicains présent(e)s au congrès de l’Union sociale de l’Habitat qui se tenait à Lyon du 23 au 25 septembre 2014, ont distribué la déclaration suivante :

Cette année encore, l’Union Sociale pour l’Habitat propose à ses congressistes d’adopter une résolution empreinte d’un volontarisme sur-joué, et bien trop indulgente à l’égard de la politique gouvernementale. Et il n’est plus question depuis l’an passé que des divergences soient exposées, puisque le débat en assemblée plénière avant le vote a été supprimé. Cette dérive vers le consensus mou doit cesser. Nos instances doivent retrouver l’indépendance et la combativité qui n’auraient jamais dû cesser de les caractériser.

Il faut réaffirmer la primauté du rôle de l’Etat

La vacuité du discours d’ouverture de la ministre en est l’illustration : la responsabilité de la politique du logement n’est plus assurée par l’Etat. Le curseur à désormais glissé vers les territoires, et jusqu’aux organismes eux-mêmes : c’est inadmissible.

Seul l’Etat peut être le garant d’une politique qui soit à la fois cohérente et d’envergure.

Seul l’Etat peut garantir la dimension nationale d’une solidarité qui est désormais imposée à l’échelle locale. Où est la République lorsqu’on demande aux locataires d’un OPH de financer via leurs loyers l’offre de leur organisme ?

L’union pourrait aller beaucoup plus loin, mais pour le moins elle se doit de rappeler au candidat Hollande deux de ses promesses et exiger qu’il les applique :

doublement des aides à la pierre

doublement du plafond du livret A

Respecter la démocratie et les territoires

La réforme territoriale est un déni de démocratie, qui présente le risque d’une coupure profonde entre les habitants et leurs élus. En Ile de France, la concentration des organismes et leur rattachement à une autorité métropolitaine déconnectée du contrôle citoyen finira le travail commencé avec l’évolution du statut des OPH, à savoir la transformation d’outils de service public en conglomérats immobiliers.

Le rapprochement doit être voulu et travaillé localement, et non imposé d’en haut.

La réforme territoriale ferait mieux de revenir sur la notion de zone imposée par la droite, d’abord parce qu’il s’agit d’un glissement du droit commun vers les dispositifs d’exception, mais aussi parce que cela masque complètement la réalité de nombreux territoires, particulièrement en milieu rural.

Il n’y a pas de zone avec problèmes et d’autre sans. Il n’y a que des territoires avec des difficultés différentes, qui toutes nécessitent un appui de l’Etat.

Un premier ministre aux côtés du logement social !

Manuel Valls viendra conclure notre congrès. Il a commencé son mandat en annonçant des mesures favorables à la promotion immobilière et en chargeant Mme Pinel de vider de sons sens la loi ALUR. Ce sera dur pour lui d’envoyer des signaux crédibles de soutien au monde HLM.

Le premier ministre aime s’attaquer aux déficits : qu’il résorbe celui du million de logements manquant en soutenant le logement social !

Il veut préserver le pouvoir d’achat :

qu’il applique les dispositions de la loi ALUR prévoyant l’encadrement des loyers !

qu’il revalorise l’APL pour soutenir les familles les plus précaires !

Il est grand temps pour François Hollande et Manuel Valls d’appliquer la politique pour laquelle les français ont voté pour eux. Les élus communistes et Républicains sont là pour le leur rappeler.

Voir aussi http://www.humanite.fr/pour-manuel-valls-le-hlm-est-une-rente-de-situation-552988.

Tag(s) : #Logement

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :